Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 14:01

476-Apres-la-pluie----------copie-1.jpg

                                                                                   "Après la pluie" - huile sur panneau - 27 x 22 cm

 

 

Y a plus de saisons ma bonne dame …

 

         Pourtant on nous avait bien prévenus. Après la sagesse populaire les spécialistes s’y sont mis et n’ont cessé de nous prédire un avenir assez incertain. A grand renfort d’observations, de statistiques et de déductions ils ont envisagé l’évolution et déduit des enchaînements implacables à l’œuvre dans la nature que la situation allait s’aggraver. Et pour le moment ils ont vu juste.

         D’abord rien n’est fixe, rien n’est définitif et qu’un état de fait ait perduré pendant des siècles, des millénaires, voire même depuis des périodes antédiluviennes n’y change rien. Le monde semble bien avoir eu un début et l’hypothèse du Big Bang, la seule envisagée sérieusement par ceux qui cherchent à comprendre n’est pas à cet égard la plus rassurante. Passant par un long processus d’expansion et de structuration l’inconcevable énergie originelle s’est transformée en soupe cosmique, avant de se condenser pour se regrouper en formant des particules. Et voilà, le tour est joué. De l’unité a surgi la diversité,  de l’absolu le relatif, de l’invraisemblablement neutre le positif et le négatif. Enfin l’observable et le mesurable si vous voyez où je veux en venir.

         Comment s’étonner ensuite de l’apparition des fluctuations énergétiques, notamment thermiques. La vie est apparue quand les circonstances favorables se sont présentées et ont pu coopérer. Circonstances favorables ? En tout cas pas celles qui nous paraissent évidentes à notre petite échelle humaine où nous ne sommes satisfaits qu’avec nos 21° dans le séjour, 25° dans la salle de bain mais aussi un petit 19° plus revigorant pour la chambre à coucher.

         Pourtant la nature nous livre petit à petit ses secrets et ses possibilités extrêmes. Depuis qu’on observe la terre et ses confins il a bien fallu admettre que la vie arrivait à se débrouiller avec des conditions inenvisageables pour nous mêmes. Depuis l’antarctique où le défi d’un froid extrême est constant, jusqu’aux sources d’eau chaude des grands fonds où l’eau ne peut pas bouillir parce que soumise à des pressions énormes. Pourtant des organismes se sont adaptés et d’étranges créature pas forcément rudimentaires non seulement y vivent, s’y reproduisent mais ne pourraient s’adapter à un autre milieux. Ainsi certains vers géants qui jetés dans de l’eau bouillante mourraient immédiatement mais de froid…

         Mais restons dans le quotidien qui nous importe plus. Donc le réchauffement climatique est en cours. Hypothèse qui semble se vérifier à l’échelle mondiale. Même si quelques opposants qui n’ont pas fini leur crise d’adolescence persistent à nier qu’il y ait réellement problème. D’ailleurs disent-ils le phénomène est naturel et notre planète a alterné les périodes de glaciation et de désertification. C’est vrai mais à une tout autre échelle. Certains plus méfiants diront qu’il y a bien un dérèglement du climat mais que par ailleurs on sait bien que tout excès finit par engendrer son contraire. Enfin les plus pointus avancerons même l’hypothèse qu’un réchauffement mondial pourrait  tout aussi bien entraîner une période de glaciation. D’ailleurs personne n’en sait rien. Personne ne connaît tous les paramètres et les spécialistes, gens éminents ont quand même la fâcheuse caractéristique d’être spécialisés…et donc de tout observer avec leur paire de jumelles personnelles qui leur fait un peu oublier des vues plus englobantes.

         Depuis quelque temps l’anticyclone des Açores nous joue de bons tours. Le dernier est de s’obstiner à se tenir bêtement au large de l’Europe. Par chance les services météo ont tout compris du mécanisme et peuvent même nous expliquer comment ça se passe. De là à savoir pourquoi…de là à en déduire un avenir prévisible au  delà du prochain week end, voilà qu’ils avouent leur perplexité. Seraient-ils en train de devenir raisonnables ?

         Il a donc plu sur la Bourgogne, comme partout ailleurs, à part la Côte d’Azur et la Corse. Chaque jour de fines bruines bretonnes ont alterné avec des averses violentes. Avec quand même quelques accalmies. Que voulez-vous rien n’est parfait ! Le temps a fraîchi, on a remis sa laine. Et les marchands de crème à bronzer ont versé des larmes amères pendant que les fabricants de parapluies se frottaient les mains mais pas uniquement pour se réchauffer. Déjà dans mon enfance j’avais été enchanté par une chanson des Frères Jacques dont le titre m’échappe mais dont le sujet me réjouissait « A la saint Médard, mon Dieu qu’il a plu… »

Ah nostalgie ! Donc l’eau du ciel est tombée obstinément, faisant reverdir la nature, gorgeant d’eau des nappes phréatiques qui demandaient grâce. Faisant aussi pourrir quelques belles récoltes qui avaient déjà un peu souffert du manque de froid et de gel à la saison convenable. Mais les agriculteurs connaissent bien ces problèmes récurrents. Et pour nous qui ne faisons que consommer leurs productions, jusque là tout va bien ! Ou à peu près. Souhaitons simplement que les masses laborieuses nous reviennent toutes bronzées de leur séjour sur la côte Varoise pour qu’enfin elles se remettent au travail. C’est indispensable si l’on veut que la croissance redémarre avec ses petits problèmes de pollution et de gaspillage négligeant. Ainsi tout sera parfait dans le meilleur des mondes possibles.

         Dormez en paix braves gens tout est sous contrôle et l’opposition s’oppose, ce qui est la moindre des choses.

 

                                                               La Brosse Conge le 20 juillet 2012

                                                               Copyright Christian Lepère

 

Erratum : dans l’article précédent « les accros du portable » j’ai cité Madame Taboui lui attribuant par mégarde le prénom de Germaine. Un ami attentif me l’a signalé . Je rends donc à Geneviéve ce qui la nomme légitimement et lui permettra de reposer en paix.

 

 

543-L'orgueil-de-Babel---65

                                                  "L'orgueil de Babel" - huile sur toile - 65 x 54 cm

                                                      

                         61-L-equipage--------------.jpg                                                                            "L'équipage" - huile sur toile - 46 x 38 cm    

           

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires