Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : "L'imaginaire" selon Christian Lepère
  • "L'imaginaire" selon Christian Lepère
  • : "L'homme est un animal capable de transcendance" et d'humour...
  • Contact

Recherche

Liens

25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 13:16

353-Vue-plongeante-------73-x-60-cm.jpgREALITE VIRTUELLE

 

        Réveillé vers deux heures du matin, j’ai mis très longtemps avant de me rendormir. C’est peut-être ce qui a provoqué une séance de rêves un peu exceptionnelle. Pendant au moins une heure, et sans doute nettement plus, j’ai assisté à un festival de courts métrages. Chaque rêve était bien distinct du précédent et, à sa fin, je sombrais à nouveau dans le sommeil profond.

Le remarquable de l’affaire n’était  pas dans les thèmes, mais dans la qualité « technique » de ces rêves.

         Il s’agissait en fait de cette catégorie où la conscience lucide assiste à un spectacle sans y croire, persuadée qu’elle est de l’aspect « bricolé maison » de la chose. Pourtant ces rêves n’avaient rien de personnel et leur caractéristique résidait plutôt dans leur ressemblance parfaite avec la vie courante. J’avais donc beaucoup plus l’impression d’assister à des scènes quotidiennes qu’à du délire onirique.  A cela plusieurs raisons. D’abord, les apparences de la réalité y étaient rendues de façon très fine. Formes, couleurs, mouvements, tout était vraisemblable, net et précis. Le relief et la profondeur étaient aussi des plus convaincants et si l’on ajoute que je pouvais m’y promener calmement en observant les choses de près, allant même jusqu’à tourner autour, on aura une idée plus claire de leur réalisme.

        Donc rien d’extraordinaire. Je me promène par exemple dans une rue avec des magasins, des entrées d’immeubles, des gens qui passent, et je remarque que tout est écrit en français : pancartes, affiches, enseignes, et je peut même traverser la rue pour lire son nom sur la plaque. Si des gens me parlent, je leur réponds et l’illusion est complétée par des sensations corporelles. Celle, par exemple, de courir dans l’herbe ou de monter un escalier.

Un fait plus curieux encore : ma myopie naturelle est corrigée par des lunettes et si je les enlève la vision devient moins nette. Je peux donc aussi jouer sur cette perception comme dans la vie de tous les jours.

        Enfin certains détails précis me reviennent.  Du haut d’un immeuble je regarde un panorama urbain. Juste en face, entre des pans de maisons, j’aperçois une église. Sa silhouette est petite parce qu’éloignée, mais d’une finesse et d’une précision étonnantes, comme si après une averse l’atmosphère purifiée supprimait l’imprécision due à la distance. Mon sentiment au réveil était d’avoir assisté à une sorte de spectacle de réalité virtuelle, mon cerveau ayant dans ce cas fonctionné comme un ordinateur, utilisant tout un matériel d’images et de scènes cohérentes, préalablement enregistrées, pour ensuite faire des montages vidéo. La perfection technique était d’ailleurs des plus frappantes, donnant ainsi une grande évidence à ce que je voyais et ressentais.

        Y aurait-il des rêves en trompe-l’œil ? En tout cas cela m’a rappelé le film « Un jour sans fin », d’autant plus que tout en vivant ces scènes, j’avais le sentiment de pouvoir intervenir, discrètement il est vrai, car dans ce cas, l’effort de manipulation risque à tout moment d’interrompre la projection et de me réveiller, un peu déçu de rater pareille aubaine.

                                                                          

                                                                  Copyright Christian Lepère

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires