Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 09:21

 

Citerne.gif

                                                                                                                           montages numériques

 

PIERRE SUR PIERRE

 

              Tout jeune, découvrant la technique de la gravure à l’eau-forte et l’œuvre flamboyante de Jérôme Bosch, j’avais fait irruption dans l’arrière monde. Celui du rêve, peuplé de créatures fantasques mêlant la forme humaine aux excroissances animales les plus diverses. Cornes, mandibules, rostres et becs d’oiseaux aux voilures improbables ornaient des créatures hybrides, sensuelles ou brutales qui peuplaient des paysages nourris de tous les détails du réel mais baignés d’étrangeté.

              L’architecture, elle aussi revisitée, y servait parfois de cadre à des scènes symboliques : rencontres, processions, ballets aériens, parades nuptiales et affrontements de monstres plus ou moins complices.

              La gravure, art confidentiel et tout pétri d’intériorité, convenait parfaitement au déroulement de ces psychodrames mais la trentaine déjà dépassée je commençais à éprouver le besoin de réalisations plus concrètes. Il me fallait du solide : de la pierre et du mortier modelé à la main quand la truelle se révèle trop rigide. Il me fallait aussi piocher et pousser la brouette. Après une jeunesse assez intellectuelle je revenais à la terre bourguignonne.

              Dans notre jardin, non loin de Vézelay, je commençais par aligner sagement quelques dalles trouvées dans les champs labourés. Et cela fit une allée pour monter au garage…Plus tard, un peu las d’être courbé je commençais à me redresser, position plus adéquate pour monter des murs.

              D’abord rampants, ils ne tardèrent pas à prendre un peu d’envergure

Puis ils se courbèrent et se mirent à sinuer avant de se refermer pour former un bassin. Un empilage de bûches exhumées de la caves vint ensuite à mon aide pour soutenir une arche en construction. Tel un artisan du moyen âge, j’étais en train de retrouver quelques techniques ancestrales

              Depuis longtemps le Palais Idéal du Facteur Cheval hantait mon imaginaire et si je n’avais pas encore eu le loisir de me rendre en pèlerinage à Hauterive, je sentais bien dans quel sens tout cela m’entraînait.

              Inconscient de l’ampleur de ce qui me hantait, j’attaquai la construction d’un second bassin qui ne tarda pas à être enjambé par un pont en pierre. C’est alors que les problèmes d’étanchéité commencèrent à se poser. Mais rien n’arrête le bricoleur impénitent et acharné…

              Ne sachant rien faire d’autre le temps a continué à passer. De mon côté je me suis obstiné dans mon projet de maçonnerie sauvage et écologique. Après avoir l’été dernier refait le mur de la propriété sur au moins vingt cinq mètres sous l’œil ébaubi des voisins et de quelques touristes passant à pied, à cheval ou sur leur vélo, cette année je me suis lancé dans l’habillage en pierre d’une citerne en parpaings construite selon les règles de l’art par un maçon local et professionnel. Cela évitera au moins d’avoir des fuites intempestives et m’a permis de délirer à ma guise  sur des bases solides ce qui est somme toute plus rassurant.

              Voici donc quelques photos de ces élucubrations, fruits d’une improvisation qui me mène où elle le veut bien, avec l’aide des matériaux généreusement fournis par la nature et quelques vieux murs écroulés recelant encore des pierres dignes d’être assemblées.

 

                                                                     Le Chesnay le 28 septembre 2006

                                                                     Copyright Christian Lepère

 


 

DCP_2598.jpg

                                                      "Le long du chemin"

 

P1030458.jpg

                                                          "Le maître des lieux"

                                                                                           

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires