Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 12:55

409-Produits-du-terroir-46-x-38-cm.jpg

                                                                                         "Produits du terroir" - huile sur toile - 46 x 38 cm


Monsieur Martin promène son chien

 

              Comme chaque matin, monsieur Martin promène son chien. Ces deux là sont fait pour s’entendre. On pourrait même parler de complicité. Il y a si longtemps qu’ils vivent ensemble et qu’ils se sont habitués aux petites manies de l’un et de l’autre.

              Comme chaque matin ils font le tour du village. Parcours habituel ponctué de pauses inévitables et de rencontres plus ou moins prévisibles. Aujourd’hui il fait beau et la lumière est douce. Passé le mur du moulin un parfum les attend. De doux effluves viennent caresser les narines de monsieur Martin. De roses de ton pastel, épanouies, éclatantes émane un parfum  subtil, discret et émouvant vous pénétrant jusqu’à la moelle. Tel Marcel Proust envahi par son passé le paisible retraité est rejoint, cerné et investi par de bien anciens souvenirs, d’improbables réminiscences.

              Son chien est un complice, une âme sœur, un complément d’être et pourtant…Va-t-il partager les états d’âme de son maître ? Ou bien suivant sa nature canine va-t-il suivre d’autres pistes ? A ce propos le voila qui flaire et s’agite. Le museau collé au sol il furète. Est-ce une odeur d’urine au pied du vieux mur, une trace olfactive de taupe ou de petit rongeur ? Pour un instant son instinct de chasseur s’est réveillé. Pendant ce temps son maître a sombré dans la nostalgie. Le passé, la jeunesse, Yves Montant évoquant de sa voix chaude les « roses de Picardie ». Et voila…

              L’autre est un autre et canin en plus. Quelle que soit leur complicité le maître et l’animal ne peuvent nullement partager le même monde. Certes ces deux mondes se complètent, s’ajustent et avec l’habitude forment une harmonie cohérente. Mais si monsieur Martin croit que son chien éprouve les mêmes délices que lui, il est en flagrant délit de projection, ce qui est le propre même de la subjectivité humaine.

              Comme il ne s’en soucie guère et préfère vivre dans le confort rassurant de ses fantasmes, tout va pour le mieux.

              D’ailleurs son chien semble aussi satisfait que lui. Alors pourquoi chercher plus loin. Seuls des gens bizarre et compliqués, vous savez ce genre de personnes qui vont chercher midi à quatorze heures, vont ressentir une insatisfaction. Mais ce sont des âmes en peine, des pisse-vinaigre, des inadaptés de la routine, des insatisfaits congénitaux. Alors pourquoi s’en faire ? Prenons les choses comme elles viennent.

              Dormez en paix braves gens, tout est sous contrôle.

 

                                                                       Sermizelles le 20 mai 2010

                                                                             Copyright Christian Lepère

                                                                           

                                                                                  

                                                                 

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires