Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 15:12

107-Reve-vegetal-----------.jpg

                                                                       "Rêve végétal" - huile sur toile - 61 x 50 cm

 

 

Marcel et la petite madeleine

 

     Préliminaires : le texte suivant est extrait d'une lettre à une amie. Professeur d'arts plastiques retraitée, comme moi, le déroulement de son existence l'a amenée à s'intéresser à l'abstraction des années cinquante, soixante…jusqu'au minimalisme le plus implacable. Ce qui n'est pas mon cas. Cependant, connaissant son sérieux et son intégrité je ne mets pas en doute ses convictions. Il y a chez elle un besoin profond de spiritualité qui peut pousser au détachement et au rejet du détail, surtout pittoresque. C'est très légitime, à condition de ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain, erreur commise par bien des intellectuels au cours de ce siècle de tous les excès qu'a été le 20° siècle et surtout de ne rien idolâtrer. Juste constater comme disent les Zen de service.

 

                                    _____________________________

    

      Par un après-midi d’ennui Marcel Proust trempe une petite madeleine dans sa tasse de thé. Il est envahi par une étrange réminiscence et se retrouve dans sa petite enfance, émerveillé. Comme d’autres expériences lui sont déjà arrivées et qu’il est porté sur la réflexion, il finit par comprendre que c’est une authentique expérience métaphysique. Il a eu un instant d’illumination lui révélant sa nature profonde (« Connais-toi toi-même et tu connaîtras les secrets de l’univers et des dieux). Comme Socrate il a percé le fond de son intériorité, momentanément délivré des limites de son identification habituelle. Comme un moine zen ou chrétien ou comme un sage de n’importe quelle tradition.

        Chacun  et chacune, nous avons tous nos petites madeleines, objets ou événements totalement banals et inintéressants pour toute autre personne mais d’une valeur décisive pour soi-même. C’est parfaitement subjectif et non partageable. Cependant il existe dans toutes les traditions un art sacré authentique. Les chants grégoriens, les mandalas tibétains, la cathédrale de Reims et autres sont des œuvres d’art objectives qui peuvent ouvrir à l’indicible toute personne prête à s’ouvrir et à faire confiance. Et dans ce cas il y a une réelle valeur objective, partageable. Mais malheur à qui s’en empare pour en faire des idoles…

               Conclusion : l’autre est un autre, irrémédiablement autre et s’imaginer qu’on est en communion avec lui au niveau ordinaire est un leurre. Mais l’autre a aussi accès à la profondeur, comme nous même et c’est uniquement à ce niveau qu’une rencontre réelle est possible.

              Grand merci à la petite madeleine, mais gardons nous d’en faire un beau souvenir qu’on tenterait de revivre. Mais tant qu’on a besoin des petites madeleines ce serait très maladroit et même criminel de s’en priver.

 

                                                                     Sermizelles le 27 juillet 2011

                                                                     Copyright Christian Lepère

 

 

97-L-enfance---------------.jpg

                                 "L"enfance" - huile sur toile - 61 x 50 cm

 

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires