Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 07:47

Petits pois rouges

 

 

« LES PETITS POIS SONT ROUGES »

 

 

            Pourtant le poète nous l’avait bien dit : « La terre est bleue comme une orange. » Mais les poètes sont des gens bizarres et dénués de toute objectivité. Sans doute mais le bon sens populaire nous en avait aussi averti : « Les petits pois sont rouges ! » Il est vrai que le dérapage sémantique y entrait pour un part et que nul ne saurait affirmer que les petits poissons ne peuvent pas être rouges eux aussi. C’est tellement plus joli.

            Après ce court préambule abordons la chose de façon plus strictement scientifique. Depuis toujours nous sommes persuadés de voir le monde tel qu’il est. Ne parle-t-on pas de couleurs naturelles, appartenant donc intrinsèquement à la nature ? Ainsi tout bon élève vous le confirmera, le ciel est bleu et les tomates sont rouges, du moins quand il fait beau pour le premier et que les rayons du soleil ont fait mûrir les secondes.

            Mais la science s’en est mêlée. Sans vergogne elle a observé et analysé et ses conclusions sont accablantes. D’abord ce n’est pas le monde extérieur que nous observons directement, mais des messages transmis depuis celui-ci par l’intermédiaire d’ondes électromagnétiques. C’est comme pour le pilote d’avion incapable de discerner l’obstacle avec ses yeux et usant d’un subterfuge. Il envoie des ondes radar qui en ricochant sur tout ce qui est contondant le renseignent sur la présence d’objets plus ou moins identifiés. Ainsi la catastrophe est évitée. Et si le vol Rio Paris se perd corps et biens au dessus de l’Atlantique ce sera du à une regrettable défaillance des systèmes.

            Mais ouvrons les yeux et observons. Inlassablement le soleil nous inonde de ses rayons. De diligents petits photons vibrant selon des cadences précises quoique infernales vont ainsi entrer en collision  avec tout ce qui se présente. Mais la nature n’est pas simple, elle a ses préférences. Ainsi certaines longueurs d’ondes entrant en  harmonie avec la structure atomique d’un objet seront acceptées, intégrées, transformées en chaleur. Alors que d’autres jugées moins sympathiques seront rejetées et rebondiront en tout sens, pour éventuellement venir frapper notre rétine. Soit dit en passant, les rayons lumineux ainsi sélectionnés sont ceux que l’objet rejette, dont il ne veut pas. Et si la perception finale est bleue c’est parce que justement il est à l’opposé. Donc le bleuet serait plutôt orange, si il avait une couleur. Dieu merci il n’en a pas et c’est à la suite d’opérations chimiques et électrique fort complexes qu’une longueur d’onde excitant un récepteur particulier dans la rétine va créer un influx nerveux qui après quelques péripéties va permettre de créer dans le cerveau une sensation colorée. Je dis bien une sensation parce qu’il est certain qu’il n’y a pas d’image dans notre aire visuelle. Pas plus que sur l’écran plat du téléviseur d’ailleurs.

            Donc au final l’ultime observateur, la conscience, va prendre conscience (je sais la redondance est lourde, mais tant pis…) d’une image. Image inexistante apparaissant à un observateur qu’on serait bien en peine d’observer.

            Nous voilà devant le mystère ultime : qui voit et que suis-je réellement ? Rassurez-vous on peut très bien continuer à vivre sans se poser ces questions oiseuses que la science ne pourra d’ailleurs jamais résoudre puisqu’elle n’envisage que l’observable et le mesurable, de préférence répétitif.

            Alors rassurez-vous braves gens. La terre est ronde…et pourtant elle tourne. Le soleil brille, quand ça lui plaît, et inlassablement les petits poissons rouges ou gris saumoné continueront eux aussi de faire le tour de leur bocal. Pour la plus grande joie des enfants que nous sommes restés, malgré tout.

 

                                                                     La Brosse Conge le 9 mai 2012

                                                                           Copyright Christian Lepère

 

 

301-Crevettes-en-folie-----.jpg                                                "Crevettes en folie" - huile sur toile - 65 x 54 cm

 

 

277-Rencontre-au-desert----.jpg

                                                         "Rencontre au désert" - huile sur toile - 61 x 50 cm

           

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires