Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 07:30

INFORMATION

 

            Je m’apprêtais à publier mon dernier écrit quand l’idée m’est venue d’aller faire un tour sur le site de mon ami peintre Michel Barthélémy.

 

WWW.mon-louvre.be

 

            Ce site qu’il a judicieusement appelé « mon Louvre » est un de ceux que j’aime à fréquenter. D’abord parce que l’imaginaire y occupe une large place, ensuite parce que, ancien professeur d’arts plastiques ce peintre de talent est aussi un excellent pédagogue.

            Ainsi il met à la disposition de tous un manuel de peinture dans lequel il expose les principes de base que tout un chacun se devrait de posséder avant de s’emparer d’un pinceau.

            Mais j’attire votre attention surtout sur le fait que le dernier chapitre de ce manuel est consacré à l’ Art Contemporain le plus pesamment officiel. D’emblée Michel Barthélémy avoue que tout ce qu’il a expliqué et transmis sur le plan technique ne s’applique en aucune façon aux tenants du conceptuel. Ceux-ci n’ayant besoin ni de savoir dessiner ou peindre, ne souffrant aucune limite dans l’expression de leur néant créatif et revendiquant très haut le droit au n’importe quoi ne peuvent en effet être jugés sur des critères aussi désuets. Par ailleurs leur but est de choquer et de déstabiliser. Or depuis l’aube des temps on n’a jamais rien trouvé de mieux que la laideur et la vulgarité pour arriver à cet idéal.

            Alors, si cela vous tente allez donc faire un tour sur « mon Louvre ». C’est gratuit et c’est par ailleurs bourré de choses excellentes. Enfin, cerise sur le gâteau, vous y trouverez de nombreux liens sur le meilleur de l’art fantastique et imaginaire qui perdure aujourd’hui.

                                                                              Christian Lepère

 

Barthelemy.gif

                          "Nonnalisa"                                                                "Le voisin"

 

                                                                                       

 

Les accros du portable

 

              A chaque instant, à chaque seconde, à chaque milliardième de seconde des ondes innombrables se propagent dans l’espace en vibrant inlassablement. Chacune issue d’un  émetteur particulier se répand en ondes concentriques et comme à la surface d’un étang se dilate et se propage en se précipitant vers les autres.

              La collision paraît inévitable. Mais non, vibrant sur des fréquences différentes chacune d’elles va superbement ignorer les rencontres et continuer son chemin sans la moindre interférence avec celles qui ne partagent pas son  mode vibratoire personnel. C’est d’une précision effarante et ça dure depuis le Big Bang, c’est dire si ça a fait ses preuves. De plus l’émission est incessante. A l’inverse du caillou qui trouble la surface de la mare une bonne fois pour toute en effrayant les grenouilles chaque onde ne cesse de rayonner et pourrait le faire à tout jamais, bien que sa puissance ne cesse de diminuer en s’éloignant à l’infini de son émetteur. Une onde peut-elle mourir ou au moins disparaître ? Seule la grossièreté de nos techniques nous incite à le croire.

              Donc à tout instant l’espace, notre espace, celui où nous prenons le métro, celui où nous mangeons des hot dogs vibre de milliards de messages qui s’entrecroisent, se chevauchent et finissent par se perdre dans le vide intersidéral, après nous avoir traversé de part en part sans dommages ( ?). Et nous n’en savons rien. D’ailleurs notre ignorance est crasse. Qui pourrait soupçonner qu’il a une rate et une vésicule biliaire si on ne l’en avait scolairement informé ? Qui même saurait qu’il a un cœur et à quoi diable il peut bien servir ? L’animal, lui, ne se pose pas la question. Il ne sait pas pourquoi il mange, il ignore pourquoi il respire. Simplement il le fait sans problème guidé par cet instinct infaillible qui permet au nouveau-né d’aborder la vie extra utérine en toute innocence sans se poser la moindre question sur le pourquoi du comment.

              Il y a peu pour fêter la victoire d’une élection présidentielle dix mille personnes ont convergé vers la place de la Bastille et aux abords. Chacune d’elles sans doute avait son portable. Et voici qu’en cet instant de communion                     chacune va recevoir son message. Pas celui du voisin. Grands dieux non ! Ce serait intolérable cette atteinte à la vie privée, cet amalgame indécent. On a sa dignité quand même ! Et pourtant ce n’est qu’une question de micro réglages. Ah l’électronique ne manque pas de finesse !

              D’ailleurs Georges dit Jojo  qui vient d’apprendre que sa belle-mère vient d’être hospitalisée à Carpentras sait bien qu’il aurait été informé de la même façon si il avait été ailleurs. Sur le quai de Réaumur Sébastopol ou devant la vitrine d’une sex-shop, à moins que ce ne soit sur un promontoire battu par les vagues déchaînées au large des côtes bretonnes ou quelque part ailleurs, planqué dans un paradis fiscal.

              Totalement dépassés par le miracle nous en usons et abusons sans vergogne. D’ailleurs le mécontentement est grand quand ça ne marche pas ou qu’il y a de la friture dans l’écouteur. Enfin, qu’est-ce que c’est que ce machins qui a encore besoin de piles pour fonctionner et dont les photos enregistrées avec trois millions de pixels sont d’une qualité bien décevante, même pas dignes du net où pourtant par un souci d’économie mesquine on se contente de fichiers légers et d’un bas débit pour contrées un peu attardées.

              Hier l’impensable a eu lieu. Le réseau Orange a connu son premier bug d’envergure. Enorme, imprévu si ce n’est imprévisible…Sur toute la France ses fidèles ont été privés de portable. Et pourtant ils avaient été sages. Ils avaient bien fait tout le nécessaire. Mais voilà le sort était contraire. Et c’est ainsi que madame Michu, Ivanovna née Rostopchine, ménagère de moins de cinquante ans est passée par les affres d’un choix crucial. Arrêtée devant les pots de crème fraîche allégée, elle n’a pas pu demander à son mari laquelle était la moins nocive pour son cholestérol. Décision lourde de conséquences. C’est que, même si son Gaétan lui pèse parfois, elle ne souhaite pas se retrouver veuve, même avec une pension de réversion. Et puis, si elle veut le quitter pour pouvoir enfin s’épanouir, elle préfère le faire de son propre chef. Recomposer soi-même sa famille ça fait quand même plus sérieux.

              En cet instant historique de frustration collective des milliers de rendez-vous n’ont pas eu lieu, des milliers de sms conviviaux n’ont pas été échangés. Des insultes n’ont pas été proférées. Des accidents ont eu lieu. D’autres ont été évités. Et Albert n’a pas pu réaliser le casse du siècle qu’il avait pourtant préparé minutieusement avec ses copains « termites » comme lui. Dix mètres de galeries avaient déjà été creusés pour atteindre le siège  de la Société Générale …En pure perte !

              Et pendant ce temps la bourse s’est effondrée, à moins qu’elle ne soit repartie à la hausse. De toute façon c’était l’inverse à Francfort. Et le Japon n’a pas bronché. Cependant le soleil a continué de faire des siennes en refusant de respecter les prévisions pourtant soigneusement élaborées par les spécialistes les plus performants.

              Enfin, depuis ce bug les responsables du groupe ont avoué avoir été dépassés. Ils ont failli et le regrettent. Aussi pour se faire pardonner ils vont accorder généreusement une journée entière de sms gratuits ! Et en plus une place de cinéma. De quoi faire rêver les plus insatisfaits.

              Ah  nous vivons dans un  monde  formidable où le bilan  se doit d’être envers et contre tout  globalement  positif. C’est le progrès  que  voulez-vous. Et depuis belle lurette on sait que rien ne peut l’arrêter. A moins que de lui-même il ne devienne raisonnable.

 

                                                                   La Brosse Conge le 9 juillet2012
                                                                            copyright Christian Lepère

 

567---Les-accros-du-portabl.jpg

                                                      "Les accros du portable" - huile sur toile " 65 x 54 cm

 

127-Explosion-demographique.jpg

                               "Explosion démographique" - dessin aquarellé - 47 x 62 cm

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires