Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 16:36

209 - Folie douce 46 x 38 cm

                                                                        "Folie douce" - huile sur toile - 46 x 38 cvm

 

 

HEUREUX ET CONTENT DE L’ETRE ( ?)

 

              Après tout l’essentiel est d’être heureux. C’est sûr ! Mais de quoi s’agit-il au juste ? Etre heureux, bien dans sa peau, à l’aise dans ses baskets ? Est-ce un état où une fois installé on se complait sans réfléchir, sans douter, sans remettre en question ? Est-ce définitif et est-ce que ça ne craint pas le gel ? « Tu vois bien que tu n’est qu’un intellectuel, un raisonneur, un qui veut à tout prix prouver par A+B que … ? » Voilà ce que les gens raisonnables me disaient et il est vrai que tout gamin encore j’avais tendance à poser les questions qui fâchent, à couper les cheveux en quatre et à douter du simple bon sens de mes interlocuteurs. L’autorité péremptoire du genre : « Tu comprendras plus tard… » ne répondait pas à mon besoin inné de logique et de cohérence.

              Ensuite, petit à petit en grandissant il m’est apparu que le monde fonctionnait selon une convention basique non discutée. A la question « Etes-vous heureux ? » que l’on ne pose d’ailleurs jamais de façon aussi directe et indécente, les gens ne répondaient pas vraiment. Comme si l’important n’était pas d’être heureux, mais d’avoir des raisons de  prétendre l’être. Même chose pour le malheur : J’ai des raisons de me sentir accablé, donc je suis accablé. D’ailleurs en poussant un peu cette logique on arrive à la conclusion que l’argent fait le bonheur et que le confort moderne est impérativement nécessaire. Peut-on être heureux sans son portable et sa clé USB ? Et comment des générations de malheureux ont-elles pu s’en passer sans mettre fin à leurs jours en se jetant par la fenêtre (il est vrai que nos malheureux ancêtres, habitant des grottes ne pouvaient bénéficier de cette solution ultime).

              Donc le bonheur…Mais de quoi s’agit-il, réellement ? Est-ce simplement la fin de la souffrance comme dit le Bouddha ? Ou l’acceptation stoïque de tout ce qui gêne en se disant qu’on n’y peut rien et que ça finira bien par passer. Mais cela est-il très tentant ? C’est un peu comme ces descriptions du paradis de l’imagerie religieuse. A-t-on envie de chanter des psaumes en s’accompagnant à la harpe, entouré d’anges bienveillants, mais pour toute l’éternité ? A tout jamais ? Et là encore on ne peut pas se suicider puisqu’on est déjà mort.

              Mais en fait, pourquoi n’est-on pas totalement satisfait, ou en d’autres termes qu’est-ce qui nous manque? D’emblée ça devient très gênant parce que personne ne peut répondre à notre place. Et si certains pensent que leur insatisfaction peut être comblée d’une façon ou d’une autre, en faisant fortune, en devenant président de la république ou en se goinfrant de mets délicieux, il ne leur reste plus qu’à tout mettre en œuvre pour parvenir à leurs fins. A       leurs risques et périls et sans garantie du gouvernement.

              J’ai bien peur que la solution, longue et aventureuse ne soit justement d’expérimenter. Alors, de déception en déception on finira sans doute par élaguer toutes les fausses pistes, comme dans un labyrinthe où il y a quand même une issue…à condition de tout tenter inlassablement. « L’argent ne fait pas le bonheur, mais je ne l’ai su que le jour où j’en ai eu beaucoup… » Cette parole attribuée à Dalida (la chanteuse) qui savait sans doute de quoi elle parlait fait  partie des conclusions provisoires de l’enquête, mais il reste ensuite  à arriver aux mêmes conclusions dans tous les autres domaines où l’illusion continue de nous leurrer.

              Alors, heureux ? Pour ma part et après m’être longuement entretenu avec moi-même il me semble que le problème n’est pas insoluble et qu’on peut envisager une issue. Même si c’est long, même si c’est dur. J’avoue que pour le moment ça n’est pas sans arrêt le beau fixe et que ça ne va pas toujours très bien. Mais rassurez vous je me soigne…

 

                                                             La Brosse Conge le 4 septembre 2011

                                                             Copyright Christian Lepère

 

 

210-Jardin-enchanté--------

                                                  "Jardin enchanté" - huile sur toile - 46 x 38 cm

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires