Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 07:47

88-Aéroplane-à-vapeur---61-

                                                                  "Aéroplane à vapeur" - huiler sur toile - 61 x 50 cm

 

 

 

Au dessus de nos têtes

 

 

Là haut un gigantesque réseau s’organise. Des droites à flux tendu s’entrecroisent sans se heurter. Des angles se forment et se morcellent, tandis que d’autres se dissipent, évanescents. La création est frénétique et incessante.

Là haut l’abstraction se tisse et s’affermit, les lignes se multiplient. Nous sommes cernés, surplombés par une gigantesque toile d’araignée, abstraction pure s’élançant dans l’azur éperdu de ce beau jour de septembre et de début d’automne.

Tout est-il dit ? Non car les avions de ligne ne sont pas de simples abstractions ou des coques vides. Ni même des carcasses métalliques bourrées d’électronique et dirigées par des flux d’ondes immatérielles s’entrecroisant sans interférer. Non, ils contiennent. Et ce qu’ils recèlent en leur intérieur ne nous est pas totalement indifférent. C’est de l’humanité, du semblable, de l’affectif. Des hommes, des femmes, des mitigés et aussi des enfants avec leurs chiens ou leurs chats.

              Dans ce ballet de particules projetées dans les hautes couches atmosphériques c’est toute notre humanité qui va et vient et se lance d’un point vers un autre, comme si elle était insatisfaite de là où elle se trouve. La vieille Europe nous lasse ; précipitons nous vers un monde nouveau et les délires technologiques de quelque civilisation émergente. Pendant ce temps des contemporains lointains et en quête de racines viennent se faire photographier au pied de la Tour Eiffel, à moins qu’ils n’aillent flâner sur la butte Montmartre. La place du Tertre pourra les y accueillir et leur proposer, ô merveille, de se faire portraiturer. Ainsi des asiatiques et des néo-Calédoniens vont se faire croquer par d’habiles artistes locaux, parfois de même origine exotique mais dûment naturalisés. C’est que la jeunesse circule…et que Paris est toujours ce pôle symbolique attirant les artistes qui viennent de loin se ressourcer. Nostalgie, nostalgie…

              Si le passé n’est plus, nous continuons quand même d’y barboter. Et nous oublions de lever la tête vers le haut, là où passent les Boeing et les grands oiseaux blancs.

                                                                  Le Chesnay le 29 septembre 2011

                                                     Copyright Christian Lepère

        

13-Le-précurseur

                                        "Le précurseur" - dessin aquarellé - 24 x 36 cm

        

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires