Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 07:21

191-Forces-rouges----------.jpg

                                                                      "Les forces rouges" - huile sur toile - 61 x 50 cm

 

 

APRES LA BATAILLE

 

               A peine arrivé au sommet de la gloire,  François a failli être foudroyé à bord de son bel avion présidentiel. Dieu merci il en avait un de rechange. Angela a du patienter avec beaucoup de dignité. A l’arrivée ni fleurs ni bises. C’est qu’on n’est pas là pour deviser aimablement entre gens de bonne compagnie. Non ! Le destin du monde attend. Il s’impatiente. L’avenir est incertain et souhaite qu’on le rassure. Des décisions cruciales doivent être prises dans les meilleurs délais.

               Mais la nature humaine est faillible et c’est d’un geste discret mais impératif qu’Angela a signifié à François que l’impressionnant tapis rouge qui les conduisait vers leur destin tournait à angle droit. Pas facile à négocier. Ah, avec Nicolas l’enthousiasme aurait été plus communicatif et la démarche plus aisée. C’est donc d’une façon moins fluide mais plus sûre que son successeur a gravi les marches du pouvoir. Tout au moins selon les apparences. Le point reste à vérifier.

               Mais voici que le brouillard se lève enfin discrètement sur la Bourgogne.        Après une période incertaine où des températures peu raisonnables nous ont contraint à un appoint de chauffage voici que le frère Soleil illumine les champs de boutons d’or et fait verdoyer la nature dans d’infinies nuances printanières. Dans un ciel d’un bleu apaisé de petits nuages pommelés dérivent lentement tels de grands troupeaux de moutons.

               La journée s’annonce paisible. Enfin la fièvre médiatique s’est apaisée. Après les affrontements sanglants quoique strictement verbaux, les meetings « spontanés » coalisant des foules délirantes soulevées par l’enthousiasme citoyen et l’invraisemblable marée déferlante des étendards brandis dans un maelstrom de couleurs échevelées, la fièvre s’apaise. Pourtant c’était beau cette symphonie tricolore ou s’opposaient en se complétant le bleu Marine et le rouge Mélanchon réconciliés par le blanc des bulletins du même nom. Le tout étant accompagné des effluves d’une Marseillaise où sans répit les plus braves font face aux hordes déferlantes qui viennent jusque dans nos bras égorger nos fils, nos compagnes…Aux armes citoyens ! Formez vos bataillons et luttons sans répit pour qu’enfin, après qu’un sang impur ait abreuvé nos sillons, la croissance puisse enfin reprendre un juste essor !

               Ainsi vont les choses. Grandeur et décadence. Nicolas est parti par la grande porte avec la dignité des vaincus qu’un sort adverse et injuste empêche de continuer à se sacrifier pour le bien public. Déjà il venait d’accepter l’indifférence du destin en n’étant pas reconduit aux marches du palais par un François correct et bien élevé tournant immédiatement les talons pour aller s’occuper de choses sérieuses.

               Mais l’affaire ne va pas s’arrêter là. Marine et Mélanchon vont encore bien nous divertir. Dommage qu’il n’y ait plus Poutou. Parce qu’enfin en dépit des sondages et des vœux pieux que demande le peuple ? Sans doute comme à son habitude le nécessaire et l’indispensable. En gros du pain, des jeux et la fin des privilèges  pour tous les autres que soi-même et son chien et son chat et ses proches

 

                                                                   La Brosse Conge le 18 mai 2012.

                                                                      Copyright Christian Lepère

 

 

391-Dies-irae--------------.jpg

                                                   "Dies irae" - huile sur toile - 65 x 54 cm

 

                                                                                                                                   

 

                                                                                                                      

 

                                                                                                                                   

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires