Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 07:14

 

305-Enthousiasme-végétal--6

                                                                                               "Enthousiasme végétal" - huile sur toile - 61 x 50 cm

 

A PROPOS DE…

« Abstraction et Créativité »

 

                 Le texte précédent que vous avez eu la patience de lire a été rédigé en 1995. A l’époque j’enseignais encore les arts plastiques au collège du Chesnay et l’inspectrice qui m’observait de loin, très férue d’Art Contemporain extrême me reprochait vivement d’être un passéiste, certes compétent dans l’exercice de son métier mais totalement limité par son refus de l’innovation libératrice post soixante-huitarde.

                 Après quelques échanges, l’incompatibilité des points de vue étant basique, comme elle ne disposait pas de moyens de pression efficaces, elle avait attendu patiemment que je sois atteint par l’âge de la retraite. Ce qui se produisit en 2003. Par la même occasion tous ceux de ma génération, anciens copains de promotion partageant  mes vues, ma sensibilité et mon expérience du terrain se retrouvaient dans la même situation. Mis sur la touche.

                 Fin d’un épisode. Enfin la voie semblait libre pour faire évoluer les mentalités selon les vues officielles du ministère, vues héritées d’un certain Jack Lang. Mais les choses ne sont jamais si simples et linéaires. l’histoire réelle est beaucoup plus cyclique que ce que les tenants du « progrès historique » voudraient faire croire à un vain peuple.

                 Alors que l’Art Contemporain le plus officiel pouvait s’imposer, bénéficiant de l’appui de la finance internationale et du consensus des élites bien décidées à ne pas rater le train de la modernité à tout prix,  déjà la roue recommençait à tourner. Malgré une mondialisation du snobisme et de la spéculation (l’art n’étant plus qu’un produit de luxe régi par les lois du marketing) une tendance profonde  recommençait à refaire surface. Ainsi un observateur attentif pouvait constater que le figuratif réinvestissait les cimaises, les délices de la pure abstraction ayant avoué leurs limites avec l’avènement du pur concept. Dans tous les grands salons parisiens, surtout depuis le retour au Grand-Palais, on note qu’un nombre de plus en plus important d’artistes revient sans honte à des sujets classiques et à des techniques éprouvées. Certains même n’ont plus honte de savoir dessiner et vont jusqu’à oser harmoniser les couleurs !

                 L’imaginaire aussi a gagné du terrain et pas seulement par le biais du fantastique cinématographique ou de la bande dessinée, domaine ou l’excellence et la créativité les plus authentiques ont souvent côtoyé le banal et le démagogique. Non, un imaginaire vivant parlant des profondeurs de l’âme humaine et montrant que nous sommes infiniment plus  que le petit personnage consensuel et formaté auquel la société de consommation voudrait nous réduire.

                 Enfin en ces périodes d’effervescence et de remise en question de toutes nos identifications et de toutes nos supposées certitudes, beaucoup se réveillent et commencent à se poser les questions qui fâchent .Qu’ils soient écrivains, journaliste ou simples penseurs ils s’inquiètent de la tournure impérialiste d’un Art Contemporain dominant. Celle qui au nom de la liberté et de la créativité est en train d’asphyxier et de reléguer aux oubliettes tout ce qui aux alentours persistait à bouger…

Un Art officiel c’est pesant, ça tient du rouleau compresseur et malheur à tout ce qui dépasse. Malheur a qui n’est pas reconnu par les autorités. Mais actuellement des gens avertis et résolus poursuivent un travail d’information fort utile. Je songe ici a ceux ou celles que j’ai rencontrés et dont j’ai pu apprécier le sérieux. Par exemple Aude de Kerros et son livre « L’art caché » paru aux éditions Eyrolles en 2007 et celui de son amie Christine Sourgins, historienne d’art dont « Les mirages de l’Art Contemporain » a été édité par « La Table Ronde » également en 2007.

                 Il y en a bien d’autres. A chacun d’enquêter. Nous sommes dans une époque de grande instabilité où des événements étranges peuvent se produire, pour le meilleur ou pour le pire, comme d’habitude. A nous de savoir faire la différence.

                                                                          Le Chesnay le  7 avril 2011

                                                                          Copyright Christian Lepère

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires