Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 08:50

      8-Metamorphoses.jpg

                                             "Métamorphoses" - eau-forte imprimée sur Arches 38 x 57 cm - 1961

 

 

PROPOS CHOISIS SUR UN SUJET DE LONGUE HALEINE

Texte écrit pour la Médaille d’Honneur de Gravure

Salon des Artistes Français 1991

 

 

               Intégrer le détail à l’ensemble : voilà un grand projet dont je n’étais pas très conscient quand je m’appliquais vers les onze ans sur de patientes miniatures. Le nez collé sur le papier,  la respiration bloquée, je m’acharnais à mettre au point des réalisations dignes de mes rêves. Bien sûr je copiais quelque peu tout ce qui me tombait sous les yeux : Mickey, la Joconde, Blanche-Neige et les sept nains. Mes vues étaient vastes, frôlant l’universel…J’allais jusqu’à faire de faux timbres, aux dentelures découpées avec des ciseaux à ongle et dont l’un que je n’hésitais pas à m’expédier à moi-même fut authentifié par le cachet de la poste qui fait foi, comme on sait. Puis je perdis un peu cette belle candeur. C’est vers seize ans que, alors élève aux Arts Appliqués j’ouvris par hasard quelques livres sur l’estampe. Je connaissais déjà vaguement Dürer et Breughel et soudain je découvris véritablement leurs œuvres. Mon horizon s’en trouva déployé. Il ne restait plus qu’à passer à la réalisation technique. Le matériel, somme toute assez simple, ne posa pas de gros problèmes. Mon père, fabricant de tuyaux de poêle put me fournir de l’acier. Je m’habituais si bien à ce matériau que trente trois ans plus tard je l’utilise encore exclusivement.

               J’avais une plaque vernie, un clou soigneusement affûté, je pouvais commencer à graver. Après quelques tentatives sur le vif, je m’orientais rapidement  vers l’imagination pure. En cela je n’ai guère changé et, si il m’arrive d’ouvrir un dictionnaire ou une encyclopédie pour vérifier à toutes fins utiles la silhouette de le tour Eiffel ou le nombre de pattes d’un crabe, le plus souvent les sujets fantastiques permettent de compléter ce que l’on ignore.

               Après avoir découvert Bresdin et Piranèse et bénéficié des conseils de Jacques Houplain, graveur dont le mérite égale la discrétion, je commençais à mieux connaître les graveurs fantastiques actuels : Mohlitz, Brigitte Solberg, Desmazières  et bien d’autres dont l’esprit est proche et la technique parfaitement maîtrisée.

               Depuis je n’ai jamais cessé de pratiquer un domaine qui me convient si bien. Avec le temps, bien sûr, viennent quelques modifications. Ainsi l’aquatinte n’apparut qu’au bout d’une quinzaine d’années, apportant un moelleux, une atmosphère qui m’intéressaient d’autant plus que je commençais à imprimer chez moi.

               Ceci dit, il est temps maintenant de revenir au préambule où je parlais de façon un peu abrupte d’intégrer le détail à l’ensemble. Mais quel détail et quel ensemble ?

               Toute réalisation graphique est le résultat d’un équilibre entre d’une part : une composition, une structure, ce qui correspond au squelette d’un animal, et d’autre part ce qui va habiller, compléter,enrichir cette structure de base. Tout est là dans la subtilité de cet équilibre mouvant, insaisissable, imprévisible dans son perpétuel remaniement. Un peu trop de détails et c’est la surcharge gratuite. Pas assez et c’est la sécheresse, le manque de sève, d’inspiration. Entre les deux il y a l’œuvre vivante, celle qui allie la rigueur de la croissance végétale à la gratuité de son débordement.

               Mais tout cela ne s’explique guère. Entre la richesse et la surcharge, entre la simplicité et la pauvreté, l’écart est infime et seul l’instinct s’y reconnaît.

 

                                                                         Le Chesnay septembre 1991

                                                                         Copyright Christian Lepère  

 

      137-Crepuscule-venitien.jpg

                                                        "Crépuscule vénitien" - Eau-forte imprimée sur Arches 32,5 x 50 cm - 1972

 

 

ET LA SUITE?

 

Revenons aux choses sérieuses

les affaires du monde nous attendent

des drames se nouent

puis se dénouent.

Rendons hommage à ceux qui tentent d’y mettre bon ordre !

Rendons hommage à « L’ami Mitterand ».

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires