Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : "L'imaginaire" selon Christian Lepère
  • : "L'homme est un animal capable de transcendance" et d'humour...
  • Contact

Recherche

Liens

3 octobre 2022 1 03 /10 /octobre /2022 05:38
Cathy et son fils Raphaël

Cathy et son fils Raphaël

Cathy

La muse anticipée

 

         C’est vers 15 ans que j’ai commencé à mettre en image mon monde intérieur. Avant je m’étais exprimé par le dessin en recopiant des modèles puisés dans mes bandes dessinées favorites. Walt Disney y occupait un rang privilégié et permettait à mes fantasmes de prendre forme selon des normes rassurantes pour la famille

         C’est donc à cette époque que j’ai pu enfin mettre noir sur blanc et souvent en couleurs tout ce qui hantait mon esprit rêveur et délibérément délirant. Tout ce qui m’était personnel et suscitait l’étonnement de voisins plus conventionnels Cela équilibrait mon côté intello un peu trop sérieux et qui me poussait à ne pas faire de vagues.

         J’ai donc commencé à décrire tout ce qui dans le monde attirait mon regard ou faisait vibrer mes fibres profonde. D’emblée j’ai réalisé que tout m’intéressait, la nature sauvage ou revisitée par l’homme avec ses plantes, ses rochers et tout ce qui se meut et se propage. Tout ce qui vole dans les cieux, rampe sur et sous-terre ou nage où bon lui semble. Ensuite viennent mes semblables(qui ne le sont pas tellement). En fait surtout les femmes qui avaient un peu fait défaut dans mon enfance et dont l’anatomie me fascinait de façon persistante mais avec le recul nécessaire pour qui reste sur son quant-à-soi… et qui, comme St Antoine se méfie un peu de la pécheresse tentatrice qui pourrait le faire sombrer dans le vice et la dépravation...

         Les événements atmosphériques me captivaient aussi, le froid, le chaud et leurs excès. Ainsi que les nuages dérivant dans des cieux changeants. Enfin, une enfance passée à la campagne avec pour voisin un ferrailleur m’avait donné un goût de l’accumulation d’objets vétustes, rongés par la rouille et la végétation. Ce qui m’avait amené à préférer l’architecture en ruine, beaucoup plus riche en improvisation hasardeuses que les bâtiments tout neufs mais un peu privés d’inattendu, de passé et de patine. En gros je donnais dans l’étrange et le fantastique en restant très proche de la nature.

 

                                               -------------------------------------

 

         Mais venons-en à Cathy. Retraité et veuf d’assez récente date je fréquentais un groupe orienté vers la connaissance de soi-même. Ce sujet avait toujours sollicité mon attention dès les prémisses de l’adolescence. C’est à cette occasion qu’un de mes compagnons de recherche m’a signalé une thérapeute qu’il fréquentait et dont il affirmait qu’elle pouvait m’aider à retrouver l’indispensable équilibre énergétique. J’allais donc la voir. Dès le premier contact je compris que cela pouvait dépasser l’intérêt purement thérapeutique en m’aidant à mieux me connaître par le biais de l’exploration des profondeurs refoulées. En effet la plupart de nos problèmes dans tous les domaines sont provoqués par les abysses de notre intériorité qui s’obstine à se planquer au lieu de vivre ses émotions sans aucune censure. Je voulais tenter une autre approche car psychologie et psychanalyse sont des voies souvent longues et coûteuses pour des résultats incertains.

         Dès l’abord je constatai que Cathy avait une sensibilité et une conception de la vie me correspondant mais j’étais méfiant et je voulais sans me le dire ouvertement en rester au stade du patient recevant l’aide de la thérapeute. En tout bien tout honneur, c’est évident ! Mais comme souvent le destin n’était pas d’accord et, qu’on le veuille ou non, qu’on en soit conscient ou pas, c’est toujours lui qui a le dernier mot.

         Ainsi nos rapports sont devenus plus rapprochés et un beau jour je me suis retrouvé à Menton dans sa maison surplombant la mer, entourée d’un beau jardin fleuri. Au fil des hauts, des bas et des combats d’ombres fomentés par nos subconscients j’ai continué à m’y rendre pour continuer mon évolution. C’est ainsi que petit à petit j’ai vu se confirmer l’évidence que nous avions des goûts et des préférences assez proches. Que nous étions branchés sur des subtilités communes. Par exemple en matière d’écriture. Mais aussi dans le domaine plastique intéressant le peintre graveur que je suis. Je finis par remarquer que la plupart des femmes dont j’avais peuplé mes œuvres étaient assez sveltes, souvent longilignes et avec de petits seins haut placés ce qui décrivait assez bien mon amie. Certes cela n’empêchait pas l’amateur de monstres que je suis également de représenter aussi de très grosses dondons et même des nénettes adeptes du culturisme n’ayant rien à envier aux mâles les plus dominants de la salle de gym la plus branchée.

         Parlerais-je de coïncidences ou de synchronicités ? Toujours est-il qu’entre Cathy et moi une tendre complicité était apparue. Malgré quelques différences notoires nous incitant à nous ajuster, les accords essentiels devenaient plus manifestes. Voilà où j’en suis maintenant. Il ne me reste plus qu’à laisser parler les photos qui vous en apprendront plus sur une Cathy qui pourrait surgir de mes toiles, même les plus anciennes, bien qu’à leur création j’ignorais jusqu’à l’existence de celle que mon subconscient évoquait par avance en toute innocence et sans m’en avertir.

 

                                                             Menton le 4 septembre

                                                          Copyright Christian Lepère

 

 

 

609 - Cathy  (la muse anticipée)
Dessin aquarellé : "le coussin rose" - 1985

Dessin aquarellé : "le coussin rose" - 1985

Dessin aquarellé :  "La chute des anges rebelles (détail - 1982

Dessin aquarellé : "La chute des anges rebelles (détail - 1982

Dessins aquarellés : ""vent de folie" et "survol de l'abîme" - 1982

Dessins aquarellés : ""vent de folie" et "survol de l'abîme" - 1982

Gravure à l'eau forte ; "rêver d'azur fané - 1970

Gravure à l'eau forte ; "rêver d'azur fané - 1970

609 - Cathy  (la muse anticipée)
Dessin aquarellé : "la chambre rouge" - 1982

Dessin aquarellé : "la chambre rouge" - 1982

609 - Cathy  (la muse anticipée)
609 - Cathy  (la muse anticipée)

 

 

 

 

Le monde est en train de basculer.

Partout ce ne sont que conflits

catastrophes humaines

cyclones a tout va

suicides  et

pollutions.

 

Pourtant

Tout peut encore se résoudre

Car le nom de l’l’Apocalype signifie avant tout Révélation…

Révélation de quoi ? Patience on verra bien

 

 

 

 

Sans doute sous peu !

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Soyons attentifs, l'apocalypse chemine en Cathy mini...
Répondre