Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : "L'imaginaire" selon Christian Lepère
  • : "L'homme est un animal capable de transcendance" et d'humour...
  • Contact

Recherche

Liens

26 décembre 2021 7 26 /12 /décembre /2021 16:30
"Jeux érotiques" - Dessin à la mine de plomb - 32,5 x 50 cm - novembre 2021

"Jeux érotiques" - Dessin à la mine de plomb - 32,5 x 50 cm - novembre 2021

 

 

 

Caverne de Platon

(Le lieu où nous vivons)

Premier chapitre

 

             La bâtisse est longue et grise, désespérante. Sous un ciel lugubre elle semble ramper vers l’horizon comme pour s’échapper d’on ne sait quoi. Elle ne se nomme ni Alcatraz, ni la Santé, ni même Fleury Mérogis avec la douceur printanière qu’on attendrait d’elle. Pourtant elle est de leur famille. Son nom est Platon et on la surnomme « La Caverne ». Voilà de quoi réveiller des réminiscences chez ceux qui savent, qui ont médité sur l’abîme de leur existence. Ceux qui se savent enfermés, sous les verrous, privés de tout sans oublier le reste.

             Mais les lieux ne sont pas vides, loin de là…On vient d’y loger une cohorte d’affamés, transis, exsangues, rescapés d’un voyage en mer qui n’était pas de tout repos. Au risque de leur vie, fuyant les lieux de leur enfance, gavés d’oppression dès leur âge le plus tendre et corrompus par les gardiens du troupeau les voilà maintenant échoués sur une terre inhospitalière qui les faisait encore rêver il y a peu. Une terre d’asile pour victimes impénitentes. Ils viennent de loin, mais d’un pays où, par endroits, le progrès fait rage et donne aux exclus des désirs au dessus de leurs moyens.

             Voilà un bien triste tableau, Voilà de quoi compatir dans les chaumières. Pourtant rien n’est aussi simple, aussi irrémédiable qu’il pourrait y paraître.

             Chacun est maintenant dans sa cellule, parfois seul, parfois en famille dans la promiscuité qui pourrait être pire que la solitude mais avec la chaleur lourde de l’étable. L’ultime humanité des camps d’extermination systématiques dont on nous a parlé dans notre enfance.

             Pourtant nous pouvons pénétrer dans ces lieux pour y être surpris par l’inattendu, le surprenant ou le cocasse planqués dans l’insupportable, En un mot l’ambivalence de tout ce qui se meut et lutte pour perdurer. Prenons notre casquette de maton qui va nous ouvrir les portes de l’enfermement carcéral.

 

 

 

 

 

572 - Caverne de Platon
572 - Caverne de Platon
572 - Caverne de Platon

 

 

 

Noël

Au pied du Sapin

oublions le virus pour un instant.

jouissons nous, faisons la fête en attendant

la fin de cette année défunte

et son  long cortège

de vaccinés.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires