Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : "L'imaginaire" selon Christian Lepère
  • : "L'homme est un animal capable de transcendance" et d'humour...
  • Contact

Recherche

Liens

28 juin 2021 1 28 /06 /juin /2021 10:10
"Nature épanouie" - Dessin à la mine de plomb - 32,5 x 50 cm - mai 2021

"Nature épanouie" - Dessin à la mine de plomb - 32,5 x 50 cm - mai 2021

 

 

 

Après la pluie

 

             Sans se presser. Prenant son temps, le temps se succède à lui-même. Déroulant sans cesse ses fantaisies, passant de la pluie au soleil, de l’averse fine à l’embellie. Chaque jour c’est de la froideur succédant à la canicule, le lendemain voit le grand vent  s’appesantir en accalmie. Visiblement il improvise et fait tout pour nous empêcher de tourner en rond.

             Pourtant nous aimerions tellement qu’il nous témoigne un peu de compassion. Ne serait-ce que pour nos projets les plus légitimes. Car enfin soyons sérieux. Après tant et tant d’hésitations, de confinements se succédant pour nous maintenir au logis voilà que la saison devrait se montrer plus propice. Les jours sont au plus long et s’étirent en prenant leur aise. L’anticyclone remplit sa mission alternant les températures. La mécanique évolue en suivant les lois implacables de la thermodynamique.

             Alors que se passe-t-il, braves gens ? Pourquoi ne s’y retrouve-t-on plus ? Certains se souviennent encore du bon vieux temps de leur enfance. De l’époque bénie où la fin de l’école arrivait toujours pour la mi-juillet. C’était rituel et inévitable, tout comme le beau temps illuminant radieux les départs en vacances. Un 14 juillet sous la pluie était une erreur prouvant l’imperfection du monde et sa relativité. Mais cela ne remettait pas en cause la logique implacable du déroulement des saisons Au moins on savait où on allait.

             Mais voilà que le monde perd les pédales et que la planète se réchauffe provoquant en retour des baisses de température inusitées pour la saison. Partout ce ne sont qu’inondations surprenantes et phénomènes météorologiques déments  entraînant des dégâts considérables. Des vignes sont anéanties par le gel, malgré les progrès techniques permettant de réchauffer l’atmosphère, à moins qu’elles ne soient détruites par des grêlons de taille exceptionnelle.

             Certes cela s’est produit depuis toujours. C’était le jeu des aléas et nos vieux paysans savaient patienter en attendant des jours plus fastes. Mais la télé et les réseaux sociaux nous ont rendus plus impatients. Et nous exigeons que la nature se plie à nos souhaits après tant de menus tracas provoqués par un virus  qui prolifère selon son bon plaisir sans tenir aucun compte des pulsions d’une jeunesse qui, à bout d’impatience voudrait bien retourner en boîte pour faire la fête.

             Faire la fête ! voilà une préoccupation sympathique en ces temps  de gestes barrière.. voilà ce qui va nous permettre de  décompresser en dilapidant une énergie excédentaire

 

                                                        La Brosse Conge le28 juin 2021

                                                        Copyright Christian Lepère

 

 

 

 

 

547 - Après la pluie
547 - Après la pluie
547 - Après la pluie
547 - Après la pluie

 

 

 

Nous constatons le temps qu'il fait.

Regrettons celui qu'il a fait.

Espérons celui qu'il fera.

Sans oublier

celui

qu'on

aurait souhaité !

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires