Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : "L'imaginaire" selon Christian Lepère
  • : "L'homme est un animal capable de transcendance" et d'humour...
  • Contact

Recherche

Liens

12 avril 2021 1 12 /04 /avril /2021 07:31
"Fais-moi peur !" - dessin à la mine de plomb - 32,5 x 50 cm - mars 2021

"Fais-moi peur !" - dessin à la mine de plomb - 32,5 x 50 cm - mars 2021

 

 

Surefficience

Suute   (4)

 

               Je constatais donc, à l’adolescence, après avoir perdu mon admiration inconditionnelle pour Walt Disney que mon imagination se portait irrésistiblement vers le fantastique et l’incorrect culturel à une époque où le matérialisme ambiant condamnait les créatifs à renoncer à leur habileté et aux intuitions de leur âme. C’était l’époque des trente glorieuses où l’abstraction  « pure » fleurissait à tour de bras pour amener au pouvoir le « concept » devenu l’emblème de « l’Art Contemporain Officiel ». C’était pour le professeur d’arts plastiques dont les facéties du destin m’avaient amené à assumer le rôle le début de la fin, la descente vers un appauvrissement programmé.. C’était l’agonie de l’âme réduite à des processus biochimiques  d’échange de molécules. Au mieux à des enchevêtrements d’informations entre des réseaux de neurones. Bref tous ce qui se déroule au sein de nos ordinateurs avec la rapidité et la puissance de calcul en prime.

               Les calculateurs prodiges sont rares et même Einstein avait besoin de machines pour vérifier si ses allégations n’étaient pas du simple délire. Et c’est vrai qu’il a parfois douté.

               Mais j’en reviens à mon ambivalence. Par nature je suis plutôt sobre. Pas d’addiction à la cigarette, ni à  l’alcool consommé avec modération à des fins strictement conviviales. La drogue ne fait pas partie de mon programme et si j’ai parfois pris des substances qui s’en rapprochent, c’est sur le sage conseil d’un médecin ou d’un anesthésiste pensant que c’était indispensable pour m’éviter des désagréments avant de me livrer aux bons soins d’un chirurgien. Bien sûr Baudelaire a chanté les « paradis artificiels ». C’était sa façon de faire et sans doute en avait-il besoin pour se désinhiber. Mais de là à conclure que c’est indispensable…Je suis en tout cas la preuve qu’on peut délirer à froid, en toute lucidité, en maîtrisant sa technique et en prenant son temps.

                                                                                              A suivre

 

 

 

 

 

 

536 - Surefficience (4)
536 - Surefficience (4)
536 - Surefficience (4)
536 - Surefficience (4)

 

 

 

 

Le temps passe,

on se raccroche aux branches

Ou tout au moins à ce qui peut en faire usage…

Pardonnez ma franchise mais c’est plus fort que  moi

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires