Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : "L'imaginaire" selon Christian Lepère
  • : "L'homme est un animal capable de transcendance" et d'humour...
  • Contact

Recherche

Liens

13 septembre 2020 7 13 /09 /septembre /2020 16:48
"Semaine de la femme" - huile sur toile - 73 x 60 cm - 2017

"Semaine de la femme" - huile sur toile - 73 x 60 cm - 2017

 

 

 

Non violence

 

             Depuis bien longtemps l’histoire humaine est violente. Protester, s’insurger et prendre les armes est la réponse instinctive, viscérale de tout un chacun devant l’adversité. Tout ce qui constitue l’histoire n’est qu’une longue suite de conflits entre des intérêts opposés. Et par-dessus tout le moteur essentiel est la conquête et l’usage du pouvoir.  Imposer sa volonté au monde entier a toujours été le but de tous les dictateurs. Devenir maître du monde pour qu’enfin   la foule innombrable soit d’accord avec moi et respecte ma volonté qui est la seule véritablement justifiée.

             D’ailleurs , souhaiter que tout ceux qui ne sont pas d’accord et qui ne se réfèrent pas aux mêmes valeurs admettent que nous avons raison à toujours été le souhait et le but de toute personne humaine depuis qu’un enfant est amené à se construire un égo pour assurer sa survie. Et à première vue cela paraît inévitable. L’égo veut avoir raison. Un point c’est tout. Même si ensuite il est prêt à négocier et à  mettre de l’eau dans son vin. Si ce n’est à avaler les couleuvres de la diplomatie.

             Depuis fort longtemps, certains, un peu plus profonds ont réfléchi au sujet. Et de temps à autre une personne sage est apparue. Le Bouddha, le Christ ou Socrate sont arrivés à la notion de non-violence. Ils en ont tiré toutes les conclusions inévitables et ont compris que c’était la seule solution. Mais comment imposer la non-violence à tous ceux qui croient de la façon la plus intime devoir dominer l’autre pour ne pas être dominé. Or la nature nous l’enseigne, tout animal, pour assurer sa survie est sans arrêt et tour à tour proie ou prédateur. Le plus innocent des herbivores peut devenir un danger mortel pour le reste de la nature. La gracieuse gazelle peut se transformer en une calamité, dévorant les dernières pousses vertes subsistant dans la savane calcinée par la sécheresse. Car elle n’a pas le choix et que son instinct de survie le lui commande impérativement. D’ailleurs tout est là, du plus infime protozoaire au super spécialiste, prix Nobel pour ses recherches de pointe en physique quantique, chacun et chacune ne fait que réaliser ce pourquoi la nature l’a conçu. Et c’est vrai pour le Corona virus  et c’est vrai pour le plus pointu des investigateurs du monde qui s’efforce de découvrir les lois cachées.

             Mais j’en reviens à la non violence. Logiquement c’est indéniable. l’emploi de la force brutale ne peut que déclencher des réactions violentes. Et c’est un cycle sans fin de réactions en entraînant d’autres. Pourtant dans sa sagesse la vie sauvage sait d’elle-même se calmer et revenir au statuquo. La proie échappe au prédateur et les compteurs sont remis à zéro, jusqu’à la prochaine occasion…qui ne saurait tarder…  jusque là pas de rancune, pas de désir de vengeance. Manger ou être mangé est la loi. Flagrante et Indiscutable depuis qu’il y a de la vie sur terre.

             C’est au niveau humain que tout se complique. Parce que nous sommes des égos avec des prétentions et un besoin absolu de s’affirmer contre l’adversité. Donc, après avoir été  de simple proie servant de nourriture à un prédateur qui lui-même sert au même usage, nous devenons les victimes d’injustice insupportables parce que, et c’est bien connu dans les coures de récréation c’est toujours l’autre qui a  commencé. Par méchanceté pure ! C’est évident !

             Face à la violence qu’on ne comprend pas on en arrive à la notion de non-violence. Et si je ne réagissais pas ? Oui mais voilà, l’égo sous-jacent et tout puissant veut quand même avoir raison. Il serre les dents. Et il exige que l’autre fasse le premier pas. Que l’autre cesse de m’agresser bêtement. Qu’il renonce à ses vaines prétentions ! Puisque c’est lui qui a commencé…

             Un petit détail ne saurait vous avoir échappé. C’est que les non-violent sont amenés à pratiquer la violence préventive et depuis fort longtemps on considère que l’attaque est la meilleure des défenses en oubliant que le fait de se préparer à résister à l’agression est souvent ressenti  comme une menace potentielle par l’autre. Car l’autre est un autre avec ses caractéristiques personnelles irremplaçables, mais c’est aussi un semblable avec les mêmes peurs et le même besoin égotique de toute puissance… Tout comme vous et moi, vous dis-je. Du moins tant qu’on se prend pour un égo, par nature entouré d’autres égos qui peuvent se montrer sympathique et pleins de bonne volonté tant qu’ils ne se croient pas agressés dans  leur prétention de base : être le centre du monde alors que les autres refusent de se rendre à leur évidence.

 

                                               La Brosse Conge le 30 août 2020

                                               Copyright Christian Lepère

 

 

 

507 - Non violence
507 - Non violence
507 - Non violence
507 - Non violence
507 - Non violence
507 - Non violence

 

 

 

La femme est l'avenir de l'homme...

Douce et non violente

elle va calmer

le jeu

 !

 

 

 

 

Recherche d’un article ancien

 

Taper le N° 405 « histoire de mon blog depuis 8 ans »

Le faire apparaître pour voir la liste des articles parus depuis avril 2010

Puis taper le N° souhaité.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires