Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 08:39
Image numérique obtenue avec la participation d'Alice et l'aide bienveillante de Photoshop

Image numérique obtenue avec la participation d'Alice et l'aide bienveillante de Photoshop

La vie, la mort

Et  ce qui en découle (suite)

 

                   Rien ne vaut l’observation directe, c’est certain mais connaissant les limites de mes sens et de ma compréhension je profite sans vergogne de tout ce que peuvent m’apporter les spécialistes qui ont le temps et les moyens techniques d’observer de façon beaucoup plus pointue.

           Donc je regarde Arte. Là les prodigieux progrès des caméras vidéos fournissent des images du monde infiniment plus saisissantes. Polyvalentes elles peuvent aller traquer l’information partout, dans les airs et sous les eaux, au cœur des volcans et des glaciers. Embarquées sur des drones rien ne les arrête et fixées sur la tête d’un aigle elles nous donnent une vision de rapace.

           Elles peuvent aussi se jouer du temps avec les prises de vues en accéléré ou en ralenti et faisant fi de  nos proportions humaines vont explorer le microscopique et le très grand des espaces cosmiques.

           L’homme augmenté par la technique n’est plus un mythe, une divagation pour esprits fiévreux. Cyrano de Bergerac est bien dépassé et tout ce que l’imagination humaine a pu échafauder dans ses rêveries les plus débridées est en train de se réaliser sous nos yeux. La science-fiction devient de la science expérimentale, méthodique et raisonnable, à ce petit détail près que la vision élargie dépasse de bien loin tout ce que l’on osait à peine imaginer. Bien au-delà des contes et légendes chers à Marco Polo.

           Sans arrêt les chercheurs découvrent de nouvelles formes de vie ou des ressources imprévues. Parfois très improbables. Que ce soit dans les milieux les plus hostiles et les plus extrêmes ou au contraire dans des conditions qui nous semblent si ordinaires et de ce fait tellement banales qu’elles attirent peu l’attention de ceux qui croient tout connaître.

           Je viens donc d’en apprendre de belles sur la bioluminescence. Tout petit j’avais découvert les vers luisants. Pépé Louis ou tata Olga, à moins que ce ne soit une autre grande personne avait attiré mon attention sur ces petites lumières vertes s’allumant dans les herbes folles à la tombée de la nuit. C’était magique et rigolo. Mais ça servait à quoi ? Les scientifiques ont donc cherché et trouvé. Comme tout ce qui est naturel la bioluminescence a permis à bien des espèces de se donner les moyens de mieux survivre. D’abord dans le domaine essentiel de la sexualité. Comment attirer un partenaire autrement qu’en émettant des phéromones au parfum envoutant ? Ou  en se livrant à des parades complexes savamment codifiées ? Eh bien en émettant des signaux lumineux visibles de loin et modulés savamment pour transmettre de précieuses informations sur leurs producteurs. C’est un peu l’équivalent des petites annonces matrimoniales qui permettent de choisir chaussure à son pied. Et plus si affinités.

           Ensuite il y  a l’aspect prédation. Aspect qui peut être vu du côté du chasseur pour attirer la proie en la trompant ou du côté de la victime pour faire peur au prédateur ou être jugé non consommable. Enfin, comble de raffinement certains planctons se rendent visibles  pour se faire dévorer…et se retrouver dans les entrailles ou les poumons ou Dieu sait où à l’intérieur d’un hôte qui leur est indispensable pour accomplir la suite de leur programme avant de se faire éjecter. Mais c’est une stratégie bien établie chez les micro-organismes qui ont besoin d’être confortablement installés dans un système digestif ou autre avant de repartir pour de nouvelles aventures…

           Enfin il y a la bio fluorescence. Un peu différente de la bio luminescence car la lumière n’est pas produite par une réaction chimique mais simplement réfléchie. Il lui faut donc une lumière naturelle extérieure mais qui est ensuite réémise en devenant fluorescente.

           Depuis peu on constate que le phénomène est très courant dans les océans. Poissons, crustacés et coraux y ont recours et ce toujours dans les mêmes buts : assurer sa survie en se nourrissant, se protégeant et se reproduisant. Les moteurs vitaux de base sont toujours les mêmes et servent indifféremment toutes les formes de vie, depuis toujours et à tout jamais. Il s’agit simplement de  croître et proliférer pour pouvoir durer le plus longtemps possible.

 

                                                                   La Brosse Conge le 30 juillet 2017

                                                                   Copyright Christian Lepère 

 

Sébastien mis en scène par Photoshop

Sébastien mis en scène par Photoshop

Après la canicule le fond de l'air est frais...

Profitons-en en attendant la suite.

Bonnes vacances!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires