Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : "L'imaginaire" selon Christian Lepère
  • "L'imaginaire" selon Christian Lepère
  • : "L'homme est un animal capable de transcendance" et d'humour...
  • Contact

Recherche

Liens

13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 15:34
"Parking improbable" - huile sur toile - 80 x 80 cm - 2007

"Parking improbable" - huile sur toile - 80 x 80 cm - 2007

Intermède périphérique

Suite et fin

 

           Mais pour parvenir à ce grand anneau routier il faut d’abord le rejoindre. Cependant quoi de plus facile quand l’autoroute vous y mène directement ? Il est vrai qu’il peut y avoir un malaise au départ de ce dernier quand surgissant d’une banlieue verte il faut se raccorder et que du haut d’un pont, à peine engagé on découvre d’un seul coup d’œil que toutes les voies sont saturées à perte de vue. Et qu’il est trop tard pour faire demi-tour et s’échapper par un itinéraire bis. Alors irrémédiablement on va aller se coincer dans la cohorte figée. Là-bas, au loin dans un léger brouillard de pollution se dresse la fière silhouette de la Tour Eiffel autour de Paris qui s’éveille à un nouveau jour d’activité incessante. Mais le pire n’est jamais certain et voilà que le flot s’ébranle, doucement… doucement… puis plus vite, de plus en plus vite… « B.P. à 12 minutes » !!! C’est le panneau lumineux qui le promet et comme il est électronique on peut lui accorder une confiance que seuls des aléas imprévisibles peuvent remettre en question…Mais malgré tout ça fait chaud au cœur.

           Enfin on progresse sous le tunnel de St Cloud. On glisse sur la rampe immense qui franchit la Seine en une courbe majestueuse. A gauche  une église projette sa flèche de pierre dans toute sa gloire tandis que les tours de la Défense se profilent au loin. Ça rappelle les remparts de Carcassonne dominant un panorama immense de leurs tours pointues. Et c’est grandiose comme les abords de la grande ville hypertrophiée.

           Maintenant nous y sommes ! Les souterrains se succèdent. Les voies se démultiplient puis se conjuguent  avant de se raccorder à des bretelles qui vont se ramifiant sans fin pour se perdre dans le réseau environnant. Sans cesse le flot s’allège vers des sorties : Ivry, porte de Versailles, et s’enrichit de nouveaux participants venus d’un peu partout. Voilà qui réchauffe l’ambiance ! Oui, l’essentiel est de participer…A quoi ? Mais à l’exubérance vitale pleine de créativité et de CO2.

           Pour compléter le tout les motards, omniprésents, ont créé une file supplémentaire entre la 3ème et la dernière à gauche. Elle est étroite et indéfiniment renégociée car dépendant de la bonne volonté de ceux à qui quatre roues donnent plus de stabilité mais moins de souplesse. Enfin le tout-venant a intégré les règles tacites et acquis les réflexes nécessaires. Un œil sur le rétro arrière, l’autre sur le rétro de gauche et les deux pour ce qui fait obstacle devant. Quand à ce qui surgit à droite le coin de l’œil correspondant devrait suffire…Mais rien n’est parfait et la plus souple des trajectoires négociée avec une grâce féline n’empêche que les motos ont aussi des rétroviseurs. Et que ceux-ci dépassent de la ligne aérodynamique des deux roues. Donc parfois ça accroche…même si on en est quitte pour un bruit sec n’entraînant pas de dommages collatéraux. Rétro contre rétro ! Ça passe ou ça casse…

           Tout ce flot n’est pas sans rappeler la circulation sanguine avec ses globules rouges nourriciers qui iraient se ravitailler à Rungis en denrées consommables. Et puis il y a aussi le système immunitaire qui veille à la sécurité, prêt à sévir contre le contrevenant ou le hors-la-loi qui n’en fait qu’à sa tête en zigzaguant de file en file. Souriez, des véhicules banalisés sont peut-être en train de vous filmer ou de vous jauger avec leur radar embarqué. Faites bonne figure et présentez votre meilleur profil, il vaut mieux être aimable avec des responsables zélés prêts à appliquer la loi pour calmer les velléitaires et les petits malins qui louvoient pour profiter du moindre interstice. Et il y a aussi les bons Samaritains, ceux qui veillent à bord de leurs véhicules de secours et de dépannage. Prompts à laisser le passage au Samu et aux urgences extrêmes qui, sirènes hurlantes et gyrophares tournoyants, se taillent un passage dans la masse figée des simples usagers. Ceux dont je fais partie et qui ne prétendent que se rendre là où les attendent le devoir à accomplir où les amis à rejoindre. De toute manière avec d’excellentes raisons de venir célébrer un moment de convivialité périphérique et de participation à l’activité intense de la capitale. Ici au moins on ne risque pas de s’ennuyer.

                                                                     La Brosse Conge le25 mai 2017

                                                                     Copyright Christian Lepère

 

"Parking improbable" - détails

"Parking improbable" - détails

345 - Intermède périphérique
345 - Intermède périphérique

Après cette escapade citadine

nous reviendrons peut-être à des sujets plus sereins...

si le destin l'autorise...

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires