Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : "L'imaginaire" selon Christian Lepère
  • "L'imaginaire" selon Christian Lepère
  • : "L'homme est un animal capable de transcendance" et d'humour...
  • Contact

Recherche

Liens

30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 08:43
"L'amateur d'art" - huile sur toile - 61 x 50 cm

"L'amateur d'art" - huile sur toile - 61 x 50 cm

Temps incertain

 

 

           De lourds nuages dérivent sur la Bourgogne. Comme des fleurs gigantesques ils épanouissent leurs pétales en ondes concentriques. Ils se chevauchent, s’opposent et mêlent leurs extravagances. Leurs couleurs sont variées pleines de nuances et de contrastes. Oublié le ciel bleu. Maintenant c’est le règne du sombre opposé au crépitant. Ici un gris tendre est lentement dévoré par des volutes à la profondeur anthracite. Là-bas c’est une lumière intense qui s’élance en rayons acérés rebondissant sur des rondeurs plus accueillantes. Et tout cela dérive comme une interminable procession.

           La fantasmagorie aérienne n’en finit pas de déployer ses fastes. Et c’est sans fin. C’est comme une armée en marche vers des lointains improbables  à moins que ce ne soit une troupe en déroute qui repart au pays natal après des conquêtes hasardeuses, des coups d’éclat et des rapines. Et maintenant c’est le reflux avec ses coups de théâtre improbables, ses revirements à l’emporte-pièce. Mais je m’égare et un spécialiste en météorologie officielle rendrait compte de tous ces mouvements de façon plus rationnelle et circonstanciée. Il nous parlerait de zones de pression et de dépression, d’anticyclone et de flux océaniques convergeant selon des paramètres soigneusement calculés et simulés à grand renfort d’ images de synthèse. Car tout s’explique, que voulez-vous…

           Mais sous mes yeux ce ne sont que courants aériens qui se conjuguent en s’enroulant ou en s’opposant avec véhémence. Des lumières diffractées rebondissent en crépitant. Des ruissellements qui pétillent avant d’être engloutis par des masses obscures se refermant comme de lourds couvercles. La pluie va-t-elle survenir ou nous contourner ? Allons…on verra bien. En attendant pas d’affolement. Car même si c’est d’une précision mathématique digne de l’ordinateur universel, l’extrême complexité des causes interdépendantes rebondissant sans fin peut nous réserver bien des surprises et des évolutions. En réalité tout se passe comme si une fantaisie débridée nous réservait maintes facéties et s’ingéniait à nous envoyer en promenade sans parapluie pour le plaisir malin de nous faire mouiller jusqu’à l’os. Ou à nous encombrer de cet ustensile alors que le soleil s’infiltrant entre les masses nuageuses va nous réchauffer à l’excès et nous faire suer à grosses gouttes. Mais après tout c’est ce qui fait le charme de la campagne avec son grand air et ses sautes d’humeur que nous ignorons superbement quand nous jouissons de la sécurité tiède des couloirs du métro. Car là au moins on est sûr de son fait et le manque de parapluie ne comporte aucune conséquence fâcheuse. Ah oui …j’oubliais il va bien falloir finir par sortir des souterrains pour continuer un peu à l’air libre. Décidément le risque zéro n’existe pas !

                                                              La Brosse Conge le 16 mai 2017

                                                              Copyright Christian Lepère

 

 

 

 

"L'amateur d'art" - détails

"L'amateur d'art" - détails

343 - Temps incertain
343 - Temps incertain

L'avez-vous remarqué?

Le temps se fait selon sa fantaisie

mais patientons

il finira bien par être de saison...

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires