Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 08:03
"Les temps accomplis" - huile sur toile - 130 x 97 cm - 2002

"Les temps accomplis" - huile sur toile - 130 x 97 cm - 2002

Dernière ligne droite

 

           C’est reparti pour un petit tour. Le but approche à grands pas et il va bien falloir choisir. Alors les candidats se galvanisent et redressent le torse. Tous veulent y croire. Tous comme un seul homme sans oublier les femmes qui après tout sont aussi des hommes comme les autres.

           Ils vont donc à nouveau s’opposer, se traiter de moins que rien et de pas grand-chose tout en gardant le contact en sous-main, parce que dans le fond on ne sait jamais. L’adversaire honni peut toujours redevenir un appui tactique pour venir à bout d’encore pire que lui.

           La partie est serrée, l’issue incertaine et pour rallier les indécis  il faut au minimum faire semblant d’y croire et le clamer haut et fort. Voilà où nous en sommes. En cette époque moderne où tout est numérisé, où les sentiments humains les plus viscéraux et les plus volatils se doivent d’être traduits  en prévisions basées sur des données statistiques  d’une rigueur accablante. Mais c’est bien connu, peu de gens fonctionnent de façon aussi rigoureuse, mais plutôt au jugé et à l’affectif, pour ne pas dire selon des convictions irrationnelles.

           Hélas le progrès se mord la queue. Et plus on peaufine les stratégies, plus on prétend être habile, plus on intègre les contraires mine de rien et plus on introduit le doute chez les électeurs de base qui finissent bien par subodorer les magouilles, même s’ils ont tellement envie de croire en des thèses simplistes où l’on sait au moins discerner les bons des méchants.

           C’est qu’à trop vouloir convaincre on finit par n’être plus crédible. A trop louvoyer on finit par être suspect d’opportunisme.

           Enfin tout se passe comme si la multiplication des sources d’information et des statistiques officielles s’auto détruisait en installant le doute. Car à des chiffres  établis selon une procédure qui se veut rigoureuse on peut toujours en opposer d’autres obtenus avec des paramètres un peu différents. Ce qui permet de clouer le bec à l’adversaire avec des chiffres aussi péremptoires qu’accablants. A ce petit jeu c’est le plus habile qui gagne, celui dont «l’ordinateur » cérébral est le plus performant et le plus riche en données tenues pour indiscutables.

           A ce stade on peut d’ailleurs remarquer que les candidats actuels sont de grands professionnels capables de haute voltige. Avec l’aide bien sûr de leurs conseillers en communication et de psychologues connaissant parfaitement les points faibles du psychisme humain pour le manipuler sans vergogne. Comme les grands publicitaires et autres marchands de soupe et de poudre aux yeux. Mais avec les réseaux sociaux l’opinion se laisse moins facilement convaincre par « le système », tout en prêtant l’oreille aux rumeurs les plus folles…Savez-vous que les Américains n’ont jamais été sur la lune mais ont fait semblant, ce qui Dieu merci ne les a pas empêchés de détecter des restes de base extra-terrestre sur la face cachée… C’est le revers de la médaille, ce qui prouve que tout excès se retourne tôt ou tard contre lui-même.

           Enfin revenons au bon peuple et à ses désirs les plus légitimes. Que souhait-t-il ? Etre heureux bien sûr ! Et par quel moyen s’il vous plaît ? Mais en réalisant ses désirs évidemment. Que certains soient basiques et incontournables est certain, mais les autres ? Ceux qui ne dépendent pas de données objectives pour tout le monde. Ceux qui dépendent d’une subjectivité qui fait toute notre humanité ? On voudrait croire  l’humanité raisonnable, logique et cohérente. Or elle ne l’est guère. On fait semblant d'être convaincu qu’elle sait ce qu’elle veut. C’est déjà faux pour une seule et même personne en proie à ses contradictions. Et encore plus pour des groupes qui s’opposent.

           Un rapide coup d’œil sur les grands mouvements de foule du 20ème siècle prouve que les rebondissements imprévus dépendent de pulsions obscures, collectives et non préméditées qui nous entraînent dans des revirements sans fin. Sans fin ? Non ! Bien sûr tout finit toujours par disparaître quitte à revenir sur la scène un  peu plus tard sous des formes déguisées. De l’Empire romain au 3ème Reich qui devait durer mille ans jusqu’au  Grand Bond en Avant qui transformerait  la Chine en modèle d’un communisme radical et définitif. Mais l’histoire continue de s’écouler et les réactions s’enchaînent en s’opposant nous menant d’un extrême à l’autre avant de revenir à la case départ un peu chamboulée. Mais au fait, une révolution est bien un tour complet à 360° ?

           L’histoire a toujours procédé ainsi et le petit jeu des montagnes russes se poursuit pour nous divertir en nous procurant un bon shoot d’adrénaline. Sans cesse nous balançons d’un extrême à l’autre comme à la foire du trône où l’on jouait à se faire peur dans les manèges ou en s’engouffrant dans le train fantôme pour en ressortir hilare et soulagé.

           Il faut bien constater que le processus s’est accéléré et que notre monde s’ingénie à nous distraire par tous les moyens. Jadis le mouvement du balancier était beaucoup plus lent et discret. On pouvait même croire dur comme fer à l’idéologie dominante. D’ailleurs on avait tout intérêt à s’en convaincre si l’on ne voulait pas finir prématurément sur le bûcher ou tout au moins aller croupir dans un cul de basse-fosse jusqu’à ce que mort s’ensuive. L’argument était convaincant et mettait un frein efficace à la contestation des certitudes en vigueur. Qu’elles soient religieuses ou réputées plus scientifiques.

           Mais nous n’en sommes plus là et certains petits candidats peuvent se permettre une critique de base de la société actuelle sans se faire lapider. J’avoue que ceux-là ont ma sympathie mais bien sûr ils n’ont aucune chance de passer. Et d’ailleurs ce n’est pas ce qui les intéresse. Mais au moins ils peuvent attirer notre attention sur d’autres fonctionnements possibles de notre monde en attendant que les mentalités évoluent. Ce sera long ? Peut-être… Mais au train où vont les choses le pire et le meilleur pourraient bien nous attendre un peu plus loin après avoir passé quelques carrefours, contourné quelques ronds-points et bifurqué sur des bretelles qui permettraient enfin de sortir de l’autoroute où veulent nous maintenir les joyeux candidats actuels.

 

                                                                Le Chesnay le 10 avril 2017

                                                                Copyright Christian Lepère

"Les temps accomplis" - détails

"Les temps accomplis" - détails

336 - Dernière ligne droite
336 - Dernière ligne droite

A bientôt

pour les dernières nouvelles 

de demain!

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires

Angeline 16/04/2017 21:00

j'aime me promener ici. un bel univers. venez visiter mon blog. merci