Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 08:19
"Pourquoi chercher si loin" - huile sur toile - 65 x 54 cm - 2006

"Pourquoi chercher si loin" - huile sur toile - 65 x 54 cm - 2006

L'amour fourvoyé

 

         C'est vrai qu'elle était sublime avec son déhanché languide et ses allures de gazelle éthiopienne. Toujours somptueusement parée, ornée de colifichets  et flottant dans les effluves de fragrances exotiques. Elle était experte à mettre ses courbes en valeur avec la grâce ingénue d'une qui a tout vécu du paradisiaque au saumâtre du quotidien. Mais elle s'avançait nimbée de mystère et des messages subliminaux de ses effluves olfactives.

             Tous étaient prêts à craquer, à se vouer corps et âme et à se traîner à ses genoux comme des esclaves serviles et consentants. Rien n'aurait été trop risqué. Rien n'aurait été trop beau.

             Parmi les prétendants était Nathanaël. Plutôt bien de sa personne, la mâchoire carnassière et l’œil langoureux il était prêt à tout. Du sublime au dérisoire, de l'évident à l'incertain. Nulle extravagance n'aurait pu l'effrayer ou le détourner d'un destin qu'il souhaitait exceptionnel. En toute simplicité.

             C'est ainsi que le projet le plus fou se mit à fleurir dans sa cervelle enfiévrée. Lui seul serait à la hauteur. Lui seul saurait prouver sa passion par un don fabuleux. Car c'est son cœur qu'il était prêt à offrir. Son cœur ? Mais c'est d'un conventionnel désuet diront les grincheux, les pisse-vinaigre du bistrot du coin. Les bougres insensibles à toute élévation de l'âme. Oui, certes mais c'est de son cœur biologique qu'il était question. Pas de vains sentiments exaltés nourris de fantasmes fiévreux et bientôt retombés comme un soufflé mal cuit.

             Car, voyez-vous il était aussi pratique et prévoyant. Il avait tout prévu et tout manigancé. Son projet il l'avait élaboré en tenant compte des aléas et de ces contraintes sordides qui rendent la vie si malaisée. Du moins pour les âmes nobles qui n'en ont que faire. Il avait tenu compte de ces complications mesquines qui assombrissent nos jours et nos nuits.

             Donc il voulait donner son cœur. Et pas n’importe comment mais en tenant compte des plus récents progrès de la chirurgie cardiaque permettant les transplantations les plus spectaculaires.

             Mais pourquoi en était-il arrivé à cette conclusion héroïque ? C’est que son idole, par ailleurs parfaite à tous les égards avait un point faible, un vice de conception. En l’occurrence un souffle au cœur qui aurait eu raison d’elle avec autant de sûreté que la tuberculose interdisant tout avenir à une héroïne romantique. Elle aurait été condamnée si la science n’avait prévu les aménagements nécessaires et Dieu merci suffisants. Les solutions étaient connues, depuis la greffe d’une valve porcine jusqu’à celle d’une prothèse moins compromettante. Pour tout dire un cœur artificiel, mélange de métal haut de gamme, de substances synthétiques merveilleusement souples et performantes, le tout impulsé par de l’électronique de dernière génération. La solution était bonne mais dégradante. En effet comment son idole pourrait-elle perdurer et conserver son âme au moyen d’une prothèse certes de haut de gamme mais tristement mécanique ?

             C’est ainsi qu’il décida de se substituer. De donner son propre cœur, jeune et biologique en acceptant de se voir implanter la prothèse tristement utilitaire.

             Dans un premier temps on lui, ôta le cœur, puis on le lui remplaça par l’artefact promis et tout allait bien. Ensuite cet organe naturel dûment cryogénisé fût conservé le temps nécessaire avant d’être placé à l’endroit adéquat chez la créature de rêve objet de sa passion dévorante. Elle pût ainsi reprendre sa vie éperdue de top model surbooké et faire à nouveau rêver des malheureux qui continuèrent à se morfondre devant leur télé ou en lisant leur magazine people préféré.

             C’est donc ainsi qu’il fût pratiqué et tout se passa pour le mieux. Tout ? Enfin presque… C’est que le cœur de Nathanaël sain et puissant était viril. S’il propulsait de l’énergie sans relâche dans un corps sauvé du désastre, il restait celui d’un mâle dominant, si vous voyez ce que je veux insinuer.

             Ainsi la belle langoureuse et fatale, si délicieusement primesautière fût la première étonnée de se découvrir une passion pour le foot qu’elle ne se connaissait pas ou de constater que la vue des filles du Crazy Horse innocemment perverses ne la laissaient plus totalement insensible contrairement à ces malheureux esthètes qui ne voient que jeux de lumières abstraites sur des formes un peu trop parfaites pour éveiller des instincts humains plus ordinaires. Elle fût ainsi perturbée et je me demande si Nathanaël n’est pas en train de regretter l’héroïsme de son sacrifice il est vrai dicté par la passion. Mais chacun sait combien la passion est funeste et peut déboucher sur des drames. Celui de Roméo et Juliette,  de Tristan et Ysolde et de tant d’autres plus obscurs et si souvent morts et enterrés à tel point qu’on en a tout oublié et qu’il serait vain de s’attarder sur leur cas.

 

                                                             Le Chesnay le 13 décembre 2016

                                                             Copyright Christian Lepère

"Pourquoi chercher si loin" - détail

"Pourquoi chercher si loin" - détail

"Pourquoi chercher si loin" - détail

"Pourquoi chercher si loin" - détail

"Pourquoi chercher si loin" -

"Pourquoi chercher si loin" -

Le cœur a ses raisons

mais cette dernière ronge son frein et peaufine ses arguments.

Je lui laisserai donc la parole un peu plus tard.

A elle de ne pas en

abuser...

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires

sofia 30/12/2016 15:58

intéressant ! merci pour le partage