Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 07:16
"Lassitude" - huile sur toile - 65 x 54 cm - 1994 - détail

"Lassitude" - huile sur toile - 65 x 54 cm - 1994 - détail

Fin du match

Cet article a été rédigé le 12 juillet. Les machinations du destin en ont retardé la publication.

 

 

             Enfin l'euro de football est terminé ! Après ces grand-messes de ferveur sportive les passions sont retombées. Étrange quand même tout ce déploiement de comportements viscéraux et de pulsions identitaires. Tous ces drapeaux brandis par des exaltés peinturlurés affirmant haut et fort leur appartenance à une nation ou à un territoire dont les hasards des guerres et des flux migratoires leur ont fourni l'environnement propice. Mais c'est ainsi, n'étant rien de bien imposant par soi-même, il faut bien se remonter le moral en s'intégrant à plus vaste et surtout plus impressionnant. Ma modeste personne va se trouver magnifiée par ce qui l'englobe et la dépasse même si ce quelque chose  reste tout relatif à l'échelle de la planète, elle-même infime détail d'un système cosmique incommensurable.

             Tribale à l'origine l'identification est devenue plus vaste et plus complexe. Les cultures sont apparues et se sont diversifiées en s'enracinant dans des territoires  de plus vaste étendue. De la province au royaume et à l'empire les plus forts ont phagocytés les plus faibles et les indécis pour former des blocs puissants d'une tout autre importance. Naturellement tout ceci est aléatoire, tout ce qui se développe  en intégrant le voisinage finit à nouveau par se morceler. Et c'est le jeu de la vie, de la mort et de tout ce qui s'ensuit. Tous les grands conquérants l’ont bien remarqué, plus leur réussite était insolente, moins elle a duré. Plus le succès a été foudroyant et plus dure a été la chute. Ce ne sont ni Alexandre le Grand, ni Napoléon, ni Hitler qui pourraient prétendre le contraire.

             Mais nous vivons dans un monde en train d’imploser. Avec Internet et le portable de plus en plus d’informations sont à la disposition de n’importe qui, à n’importe quel moment. Tout le monde en profite, du spécialiste le plus pointu à l’ignorant de base. Si vous ajoutez à cela que la liberté sans frein des échanges sur les réseaux sociaux permet de prétendre tout et son contraire avec beaucoup d’assurance et de faire circuler les rumeurs les plus folles sans le moindre soupçon de preuve, vous aurez une petite idée de l’étendue de la confusion.

             Certes le fait n’est pas nouveau et si la Renaissance a été globalement une période de progrès pour la rigueur scientifique, cela ne s’est pas fait dans le calme et la sérénité. Les affrontements de dogmes et de croyances fanatiques y ont été particulièrement propices aux pires égarements. Organiser de grands « brûlements d’hérétiques » était plus exaltant que de se réunir pour réfléchir posément entre gens bien informés. Même pour la recherche scientifique qui se veut la plus rigoureuse, avec expertise, contre-expertise et vérification en double-aveugle les risques d’affirmation hâtive ne sont pas négligeables.

             D’abord parce que les spécialistes sont trop souvent juges et parties et que leurs intérêts financiers ou de prestige sont plus immédiats que la recherche opiniâtre d’une vérité qu’il faut traquer en la soumettant longuement à vérification. Ensuite parce que reconnaître qu’on s’est trompé n’a rien de confortable. On préfère laisser ce soin aux opposants, ces jaloux, ces incompétents qui prétendent n’importe quoi pour le simple plaisir de vous nuire.

             J’en reviens donc au sport. La compétition n’a qu’un but, permettre à l’heureux gagnant de voir confirmer sa supériorité. Fort bien, mais encore faudrait-il que deux adversaires naturels s’affrontent. Or, c’est bien connu une équipe de foot n’est pas une entité biologique. C’est un amalgame, un ensemble mouvant sans cesse remis en cause. On échange des joueurs, on les achète et comme à l’époque glorieuse de la Renaissance déjà citée, les mercenaires se vendent au plus offrant, quitte à combattre jusqu’à la mort leurs frères de combat de la veille au soir…Et puis il y a les entraîneurs et autres coach qui ont aussi un égo à confirmer.

             On en arrive enfin aux supporters. Certains seraient naturels. Nés dans le même village, élevés sur les bancs de la même école, punis ou récompensés par le même instituteur, ils auraient des affinités viscérales avec ceux qui les représentent. Mettons que ce soit vrai à Clochemerle si l’on n’y regarde pas de trop près. Car même dans ce cas simpliste il faut tenir compte des familles, du voisinage immédiat et de la corporation du travailleur. Le coiffeur a-t-il des intérêts communs avec le charcutier ? Et lesquels ? Ah ! J’oubliais la religion et l’influence de monsieur le maire qui a bien aussi son mot à dire. Pardonnez cette faiblesse mais le petit monde de don Camillo et du « camarade »Peppone font partie de mes références culturelles. Mais ne soyons pas tatillons. Tout ça peut faire d’excellents supporters pour peu qu’une passion commune enflamme les esprits. Au moins momentanément. Et même peut-être jusqu’au prochain euro de foot.

 

                                                                 La Brosse Conge le 12/07/2016

                                                                 Copyright Christian Lepère

 

"Lassitude" - détail

"Lassitude" - détail

L'été déploie ses fastes,

les flots migratoires se croisent

et le devenir se prépare dans les coulisses.

A bientôt!

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires