Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 07:26
"Souvenirs" - huile sur toile - 50 x 61 cm - 1987

"Souvenirs" - huile sur toile - 50 x 61 cm - 1987

Le dépotoir

 

               Quand j'étais petit je n'étais pas grand. Et si c'était évident sur le plan corporel, ça ne l'était pas moins dans ma petite tête dont la maturité psycho-socio-culturelle restait à améliorer. J'étais donc petit et naïf et plein de fraîcheur. Plutôt rêveur et porté sur les divagations intérieures. On compense comme on peut ce que l'on ne peut réaliser dans le monde des grandes personnes. Mais je n'en restai pas moins un infatigable prospecteur des alentours et de tout ce qui s'offrait à ma curiosité. J'étais là un peu seul et le monde m'entourait de toute part.

               C'était à la campagne, la vraie, la verdoyante, celle où l'on va prendre un bon bol d'air pour échapper aux miasmes parisiens. Mais tout n'était pas totalement écologique et après-guerre dans cette région douce et vallonnée on avait un peu de mal à gérer les retombées du progrès qui nous comblait de ses bienfaits et nous poussait droit vers les lendemains qui chantent.

               C’est ainsi que l’on ne savait trop que faire des déchets et des objets manufacturés mis au rebut. Pour tout ce qui était biodégradable il n’y avait pas de problème. Le premier tas de fumier venu pouvait accueillir ce que l’on voulait laisser revenir à l’état de nature sans se compliquer la vie outre mesure. Tout ce qui était alimentaire pouvait se décomposer tranquillement sans attirer l’attention. D’ailleurs un tas de petites bêtes se chargeaient du nettoyage et de la remise à disposition des éléments vitaux. Divers  nécrophages particulièrement serviables s’empressaient de faire place nette. Ainsi les fleurs des champs témoignaient d’une belle vitalité encouragées par la qualité nutritive de sols généreusement engraissés.

               Mais pour les objets manufacturés c’était une toute autre affaire. Une vieille brouette en bois peut pourrir au fond du jardin et seuls quelques boulons métalliques mettront plus de temps à se laisser ronger par la rouille. Mais qu’allez-vous faire de ce qui s’avère moins digeste pour les moisissures et autres micro-organismes ? Le retour à la case départ peut se montrer plus long et plus aléatoire. Ainsi un panneau d’aggloméré résiste bien mieux qu’un honnête objet en bois blanc, surtout s’il est protégé par une couche de Formica thermodurcissable. Et que dire des objets en plastique dont le petit seau et la petite pelle de Popaul sont le prototype et qui vont perdurer sous le sable de la plage bretonne en défiant l’inexorable écoulement du temps ?

               Donc le progrès était en marche et même si les techniques pour organiser l’obsolescence programmée n’étaient pas encore performantes, il n’en restait pas moins qu’après de longs et loyaux services les objets modernes finissaient par rendre l’âme et devenirs encombrants. Alors que faire du vieux réchaud à gaz, du chauffe-eau vétuste ou du tuyau d’arrosage percé ?

               Dans la commune on avait résolu le problème de façon économique et simple, sinon élégante. Mais à l’époque on faisait encore confiance à la nature pour tout recycler. D’ailleurs la présence de la rivière et de son courant inlassable entraînant tout vers la mer, la matrice primordiale était un gage à long terme d’anéantissement définitif. Et irrévocable. On n’avait pas encore bien vu que la biodégradabilité ne s’applique avec succès qu’au périssable et beaucoup moins à l’industriel. Ainsi l’on faisait confiance au flux qui passe pour venir à bout des ustensiles les plus coriaces.

 

                                                                                       à suivre

 

 

 

 

"Souvenirs" - détail

"Souvenirs" - détail

"Souvenirs" - détail

"Souvenirs" - détail

"Souvenirs" - détail

"Souvenirs" - détail

A bientôt

pour une visite complète

de souvenirs 

anciens

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires