Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 09:20

Une dysfonctionnement malencontreux m'a empêché de mettre en ligne cet article à la date prévue.

Mais tout est rétabli et le long fleuve tranquille de l'existence va pouvoir reprendre son cours...

Du moins jusqu'à nouvel ordre.

" Le passeur" - dessin aquarellé - 28 x 39 cm - 1984

" Le passeur" - dessin aquarellé - 28 x 39 cm - 1984

Le maître du monde

 

              Devenir maître du monde ! S'élancer tel Alexandre le grand à la conquête de tout ce qui bouge et frémit et s'étend à perte de vue jusqu'à l'Est de l'Orient mystérieux ! Aller au-delà du par-delà des plus lointaines contrées du mythe, bien plus loin que le bout du bout du monde…

             Hélas la terre est ronde. Il faut s'y faire. Des satellites en permanence nous en informent en nous inondant de données irréfutables. Le monde est clos, on en a fait le tour. Tout est mondialisé, globalisé et tout appartient déjà à l'un ou à l'autre, en fait au premier venu qui a su planter son drapeau et décréter que dorénavant et jusqu'à nouvel ordre, bien improbable d'ailleurs, c'est sa propriété la plus inaliénable. Donc jusqu'à preuve irréfutable du contraire. Non mais !

             Dans ce contexte un peu saumâtre le besoin de toute-puissance qui habite toute âme humaine normalement constituée ne sait plus trop où diriger sa légitime ambition. Maîtriser le dernier jeu vidéo totalement virtuel ? Passer le week-end de la Pentecôte sur mars à moins que ce ne soit sur quelque astéroïde permettant de s'isoler un peu plus… Inonder le « cloud » de ses images fétiches les plus émouvantes : mon chien devant mon garage sautant de joie devant ses croquettes survitaminées qui lui font le poil si soyeux et le moral si exubérant ? Ou quoi d'autre encore ?

           Alors que nous reste-t-il à nous autres pauvres citoyens ? Mais...vous avez dit citoyens ? Voulez-vous dire que nous faisons partie d'un plus ? D'un ensemble qui nous englobe et nous confère dignité et importance ? Tout juste ! Et en plus cela nous octroie des droits pouvant tourner à notre avantage. Vous pouvez voter ? C'est merveilleux ! Et vous pouvez même vous faire élire, avec un peu d'ambition et de savoir-faire et en rameutant vos copains et relations assujetties.

             Voilà ! Nous y sommes. La France va connaître les émois des grandes remises en question. Un quinquennat va s'achever, le suivant attend en piétinant dans les coulisses. Donc, à nouveau, c'est parti pour un grand tour. Les délais nécessaires étant passés l'un ou l'une d'entre nous sera pour un avenir glorieux devenu le centre rayonnant de toute autorité au moins hexagonale. Certes ce n'est pas la présidence des États Unis. Laissons cela à des personnages douteux employant des méthodes promotionnelles plus que suspectes. Qui pourrait prendre au sérieux un Donald Trump ? Personne ! A part ceux qui, nostalgiques d'un bon vieux temps qui a fait ses preuves espèrent encore pouvoir vivre les fantasmes de leur petite enfance. Ceux où papa était le Bon Dieu et maman la Sainte Vierge et où les immigrés savaient se rendre discrets.

             Donc la course va être lancée. Tous sont dans les starting-blocks. Les jeunes, les moins jeunes et les toujours jeunes jusqu'à l'issue fatale. Les  voilà qui se pressent. Sont-ils trop nombreux ? Le risque est réel mais il suffit d'organiser des primaires pour déblayer le terrain. Et petit à petit par élimination on ne conservera que l’élite, le gratin, ceux qui sauront en découdre pour réjouir nos soirées en attisant nos passions les plus viscérales. Enfin il n’en restera plus qu’un ! Ou une … Car nous vivons des temps modernes où la parité se doit d’être assurée jusqu’au plus haut niveau. Celui où la femme est un homme comme les autres puisqu’elle peut périr d’un infarctus et se tapisser les bronches de substances cancérigènes. Car tous y ont droit ! Tous peuvent en profiter !

             Déjà de nombreux candidats se pressent. D’abord les deux Emmanuel, Macron et Valls qui s’épient d’un  œil soupçonneux en se léchant les babines. C’est qu’en bons carnassier ils s’allient avec leur meilleur ennemi. Mais c’est valable à tous les niveaux, à gauche, à droite et à la périphérie. Jusqu’au centre où le juste milieu n’empêche pas de vouloir faire triompher son point de vue sur d’autres très semblables mais négligeant les subtilités sur quoi on peut chipoter et que seul chacun sait apprécier à leur juste valeur.

             Vous parlerai-je de Melenchon et de la petite Marine qui n’en finit pas avec un acharnement tout psychanalytique de tuer son papa pour pouvoir enfin prendre la relève ?

             Je ne vous parlerai pas des autres, les anciens, les vétérans, les vieux de la vieille, ceux qui ont sué sang et eau et avalé tant et tant de couleuvres pour continuer à se mettre au service de la nation. Ceux qui connaissent toutes les ruses, les ficelles et s’adonnent aux plaisirs délictueux de la communication. En un mot tous ceux qui sont capables et qui vont tous échouer, Tous, sauf un ou une…Puisque c’est la loi et que nul n’est censé l’ignorer.

 

                                                               Le Chesnay le 17 mai 2016

                                                               Copyright Christian Lepère

             

"Le passeur" - détail

"Le passeur" - détail

Ces réfléxions profondes méritent une suite.

C'est évident!

Alors

vous l'aurez

la prochaine fois si tout se déroule selon les prévisions...

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires