Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 07:38
"Voyageur au soleil couchant" - huile sur toile - 46 x 38 cm - 1987

"Voyageur au soleil couchant" - huile sur toile - 46 x 38 cm - 1987

L’instant présent

polyvalent

 

              Sept heures du matin. Dans la cuisine je prépare mes doses homéopathiques. 20 gouttes de carbo, chamomilla, rénine C 619, 10 gouttes d'allumen, crudum, cuprum C 144 et une dosette de carbo végétal C 232 à faire fondre sous la langue. C'est une sorte de rite qui favorise la vigilance. Mais parfois le doute m'assaille, au fait ça sert à quoi ? Il est vrai qu'avec ce genre de traitement à long terme il est malaisé de constater des effets spectaculaires et indéniables. Et puis bien sûr les rationalistes à tout crin s'en donnent à cœur joie pour vous saper le moral.  Leur argument est imparable : « Mais, cher monsieur, avec toutes ces dilutions il ne vous reste plus une seule molécule active dans le flacon. C'est de l'eau pure pour ne pas dire de la poudre de perlimpinpin. Vous êtes en train de creuser le trou de la sécu en vous offrant de l'effet placebo à ses frais ! Enfin si c'est bon pour le moral...etc...etc. »  Que diable ! On a bien le droit d'être naïf après tout. Et puis il me semble que la physique quantique a commencé à nous faire douter des vues pesantes sur la matière « solide » et pointe vers un peu plus de subtilité.

              Je continue donc à compter mes gouttes. Et je constate que le rituel de préparation a d'autres vertus inhérentes. Au moins un effet secondaire, collatéral pourrait-on dire qui fait que quand on fait ça on se calme. Parfois même cela permet de se laisser aller à des réflexions plus profondes.

              Donc en ce beau matin de février je me surprends à voir mes pensées se déployer. Le départ est simple. Je suis assis et je verse des gouttes en les comptant. C'est apaisant et sans aucune conséquence grave pour l'avenir de la planète. Oui, mais je ne suis pas seul au monde. A ce moment précis, à cette seconde même plusieurs milliards d'autres sont en train de vaquer à leur destin. Certains sont en train de naître, d'autres de mourir ou de fêter leur départ à la retraite à moins qu'ils ne soient en train de se nettoyer les oreilles avec un coton tige risquant ainsi de s’endommager le tympan en voulant se libérer d'un bouchon de cire qui nuit à leur audition. Pour ceux qui naissent les options sont déjà multiples. Parfois ça se passe bien, comme une lettre à la poste, mais il arrive que ça se complique. Pour celui qui naît étranglé par le cordon ombilical l'avenir sera plus complexe. Atteint de handicap moteur il va peut-être passer sa vie en fauteuil roulant, ce qui cependant ne l'empêchera pas d'écrire des romans, voire d'obtenir le Goncourt ou le Renaudot. A moins que, l'acharnement thérapeutique ayant échoué il ne meure dans l'immédiat bénéficiant ainsi d'un avenir simplifié. Mais allez-donc savoir… D'ailleurs dans ce cas et comme chantait Brassens avec sa bonhomie coutumière : « J'aurai plus jamais mal aux dents ! »

              L'évidence est là. Le monde est simultané, infiniment vaste et tout s'y passe à chaque instant. Vous lisez ces lignes et à la même seconde Noémie fait sa première communion aux antipodes. Charles Édouard rate son train de banlieue et sera en retard au bureau, risquant de ne pas être promu avant Pâques, pendant que Marie Christine est en train de survoler Rome dans un Boeing confortable se dirigeant vers l'aéroport d'Ankara. Pendant ce temps Djamel,  fanatique de service qui vient de faire ses classes en Syrie vole depuis Stockholm vers le même aéroport turc. Ceci afin de monter à bord pour faire tout le nécessaire pour que le voyage soit plus court et plus définitif. Malheureusement sa ceinture d'explosif qu'on vient de lui offrir pour son anniversaire, bien que soigneusement cachée sous son gilet pare-balle va être détectée par des fonctionnaires zélés qui vont stupidement lui interdire l'accès du long courrier. Mais rassurez-vous il va quand même pouvoir mourir en héros en faisant sauter sa charge immédiatement et en supprimant ainsi quelques infidèles à casquette du service de sécurité. C'est moins noble mais c'est mieux que rien.

                                                

                                                     La suite au prochain numéro…

 

 

"Voyageur au soleil couchant" - détail

"Voyageur au soleil couchant" - détail

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires