Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 08:43

 

Création picturale

 

               Au début c'est le vide, la page blanche. Celle qui fait peur. Celle qui angoisse. Celle qui vous met au défi de démarrer par vos propres moyens. Mais il arrive que l'inverse se produise. Dans ce cas c'est le déferlement d'idées et d'images qui tentent de s'imposer. Qui se bousculent au portillon. Qui jouent des coudes pour dépasser les autres. C'est la perplexité devant l'embarras du choix. Et ce n'est pas plus confortable que l'absence d'inspiration...Car il va falloir élaguer et renoncer pour se recentrer sur un thème quitte bien sûr à se laisser ensuite dériver par association d'idées et glissement d'images. Heureusement la prison n'est jamais si bien fermée qu'on ne puisse se couler discrètement au dehors. Mais je parle ici des tenants de l'imaginaire, de ceux qui portent tout un monde de figurations dans leurs profondeurs et qui, bien sûr peuvent éprouver un peu de gêne à se couler dans un thème imposé.

               Pour beaucoup d'artistes anciens et non des moindres une source d'inspiration directe a toujours été indispensable. Cela ne les a pas empêché de faire œuvre originale et d'excellente qualité. Je pense à tout ce qu'a produit la grande tradition européenne depuis la Renaissance. De Van Eyck à Chardin et de Léonard à Géricault, sans oublier Rembrandt. Pour eux pas de problème, le réel visible est le point de départ obligé. Ceci étant posé, il va falloir étudier les apparences et en découvrir toutes les subtilités. Que ce soit l'anatomie, la perspective ou la diversité des jeux de lumière, seule une pratique intensive de l'observation et de l'analyse  pourra permettre d'en rendre compte. C'était ainsi et ça l'est resté jusqu'à la fin du 19° siècle. Jusqu'à l'époque de la grande remise en question de tout l'acquis. Pour le meilleur et pour le pire.

               C'est donc à cette époque qu'avec l'évolution des mœurs et des mentalités on va voir apparaître des artistes dont la vision personnelle fort originale et souvent bien éloignée du réalisme photographique va quand même se baser sur une observation du « motif » extérieur. C'est flagrant chez Van Gogh qui avait toujours besoin de sa chambre au mobilier branlant et de ses vieux godillots pour créer des jeux de formes et de couleurs exprimant ses pulsions intimes. Car cela ne l’empêchait pas d’avoir besoin de références concrètes.

               Mais revenons- en à l’artiste contemporain dégagé des tabous de la tradition académique. Ce doux révolutionnaire a eu des antécédents. Déjà avec Cézanne était apparue la silhouette du contestataire qui défend sa vision personnelle et tente de l’imposer. La démarche existait depuis fort longtemps  mais de façon moins systématique. L’affirmation d’une originalité inaliénable n’était pas le moteur essentiel. Ni chez Breughel, ni même chez Jérôme Bosch le but premier n’était pas de se faire remarquer à tout prix. Il était de transmettre une certaine vision du monde même si celle-ci n’était pas partagée par la foule des contemporains.

               Mais nous vivons maintenant la modernité. Pour ne pas rester sur la touche le plasticien témoin de son temps se doit de surfer gracieusement sur internet. Même si sa culture est rudimentaire et si des lacunes béantes la transforment en un produit très allégé il se doit d’avoir des références. Et pas uniquement au niveau B.D. basique. Il  peut arriver que pour certains le « Quattrocento » ne soit qu’un nom de pizza un peu original mais la fréquentation d’Arte va promptement y porter remède et un beau jour Piranèse et Arcimboldo feront partie de ses citations.

 

                                                                                                      À suivre…

 

Ci-dessous

étapes de réalisation d'une peinture

"Orgues basaltiques" - huile sur toile - 100 x 81 cm - 2010

 

 

 

 

224 - Création picturale
224 - Création picturale
224 - Création picturale
224 - Création picturale

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires