Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 08:50
"Serial killer retraité" - huile sur toile - 46 x 38 cm - 2012

"Serial killer retraité" - huile sur toile - 46 x 38 cm - 2012

 

La vie d’Yvan

(suite)

 

.

            Non content de collectionner les victimes et d'en tenir un compte minutieux dans ses carnets, ce monstre avait élaboré des techniques machiavéliques pour arriver à ses fins. D'abord il repérait ses proies potentielles à la sortie des écoles, comme il se doit, mais aussi aux caisses du super marché. Ensuite il les suivait, les espionnait, apprenait à connaître leurs mœurs et leurs coutumes, savait si elles habitaient encore chez leurs parents ou dans quelque famille recomposée.  Puis les travaux d'approche étaient engagés. Par des moyens habiles il les séduisait et réussissait à les attirer à l'écart dans quelque lieu propice. Les étrangler n'était pas un problème. Mais il fallait s'y prendre avec tact, sans attirer l'attention. Avec doigté si j'ose dire. Il fallait surtout que la victime fût consentante, du moins jusqu'à un certain point qu'il s'empressait ensuite de franchir.

Il était passé maître dans l'art du raffinement. Après avoir installé une sorte d'atelier de découpage digne d'une charcuterie de luxe dans le sous-sol d'un bâtiment vétuste au fond d'un terrain vague, il pouvait ensuite réduire le corps en morceaux gérables. Plusieurs procédures étaient ensuite possibles. D'abord la destruction par le feu dans une vieilles cuisinière comme avait pratiqué un certain Landru. Ensuite en enrobant un  fragment humain dans du béton ce qui lui permettait ensuite de consolider son sous-sol avec un mur de parpaings qu'on eut pu révérer comme des châsses contenant des reliques. Enfin, ce qui prouve à la fois une inventivité et un sens de l'utile assez rare, en consommant les morceaux les plus délicats avec beaucoup de goût. Rien ne se perd, tout se transforme selon la sagesse populaire. Il en était bien convaincu.

            Par exemple il lui arrivait de découper des lobes d'oreille, après les avoir débarrassés des boucles et autres piercings fort indigestes. Le but était d'enrichir une omelette aux fines herbes avec ces petits morceaux frits dans l'huile d'olive, accompagnés de lardons. Le côté croquant du résultat était tout simplement délicieux. Surtout accompagné d'un petit vin rosé plein d'esprit et de pétulance.

            Découvrant tout ceci Yvan notre héros resta tout coi. Ainsi un autre se permettait de faire plus que lui et surtout beaucoup mieux. Comment se hisser à un tel niveau de professionnalisme ?

           Il en était là dans ses réflexions, buttant sur l'impossibilité de s'égaler à ce qui le dépassait. Mais le lendemain la suite le laissa encore plus désemparé. Le serial killer venait d'être démasqué. Interrogé par la police il avait tout avoué et avait même conduit les enquêteurs sur les lieux de ses exploits. Alors Yvan se sentit mal. Ainsi son modèle, son idéal était réduit à néant. Dès lors pourquoi continuer dans cette voie ? Pourquoi poursuivre ce but inaccessible ? Non, en réalité tout était vain. La vie nous condamnait à stagner dans la médiocrité. Médiocre pour médiocre...Il était las ! Il était amer...Il se dirigea vers l'angle de la rue. Là il retrouva sa mobylette et décida de rentrer chez lui. Et le parcours fut sans histoire.

            Je crois que maintenant il y est arrivé et qu'en attendant de regarder les informations à la télé il est en train de boire une petite bière en grignotant des pop-corn et des cacahuètes. Laissons le récupérer. Il en a bien besoin.

 

                                                               Le Chesnay le 12 décembre 2014

                                                               Copyright Christian Lepère

"Serial killer retraité" - Détail

"Serial killer retraité" - Détail

Détail

Détail

Pour terminer cette année

nous irons faire la prochaine fois

un tour sur le périphérique

pour rencontrer 

les anges noirs qui le hantent...

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires