Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 10:28
"Accident ferroviaire" - Huile sur toile - 65 x 54 cm - 1990

"Accident ferroviaire" - Huile sur toile - 65 x 54 cm - 1990

 

La vie d'Yvan

 

            Il s'appelait Yvan et son âme était russe et tourmentée. Tel un héros dostoïevskien il ne savait se contenter de l'ordinaire. Créature issue des profondeurs de l'âme slave et des steppes glacées son cœur avide était plein de passions inavouées. Sans cesse écartelé entre le Bien et le Mal, torturé par un besoin de rédemption sa vie d’ambiguïté était un enfer, un gouffre de déréliction.

            Dès tout petit il avait été soumis à une éducation chrétienne. Rien ne lui avait été épargné. Depuis les longues heures passées à écouter un vieux curé moisi enseigner les dogmes aux bambins de son âge, jusqu'aux dames patronnesses lui enjoignant de faire sa b.a. quotidienne avec un sourire mielleux, sans oublier la pénombre du confessionnal où il faisait absoudre ses péchés en regrettant ses égarements. Ses péchés restaient véniels, d'ailleurs le fait qu'il n'en soit point mort prouvait leur peu de gravité. D'ailleurs il avait été pardonné à chaque fois et c'est le cœur léger qu'il était ressorti du saint lieu  l'âme apaisée et le cœur serein. Dans le fond le petit Jésus l'aimait bien et c'était réciproque.

            Donc, bon an mal an  il avait grandi, sans trop inquiéter ses pauvres parents. C'était naïf et excusable. Mais à cet âge tendre il n'avait pas encore conscience des profondeurs de son être et de tout ce qui s'y tient tapi, refoulé par une bonne éducation.

            C'est à l'adolescence qu'il en fût autrement. A l'âge où la nature exige son dû et impose ses besoins biologiques. Alors il avait compris ce qu'étaient le désir et la honte, le besoin de s'affirmer au détriment du prochain, de dominer le faible en balayant toute compassion pour la veuve et l'orphelin.

            Il était devenu hargneux et vindicatif. Soupçonneux et fort de ses prérogatives. Il avait exigé qu'on le respectât et qu'on lui témoigne une considération spontanée digne de ses hautes capacités. En un mot il était devenu imbuvable mais c'est ce qui faisait son charme tout de perversité et lui permettait de briller aux yeux des demoiselles. Du moins celles dont la nature équivoque était séduite par ce rebelle aux longs cheveux bouclés et à la hargne vengeresse.

            C'est à cette époque qu'on lui offrit une mobylette et qu'il pût enfin narguer la loi et la justice en roulant sur les trottoirs et en faisant fi des passages protégés pour piétons. Ceux-là n'avaient qu'à se garer s’ils voulaient continuer à jouir de l'usage de leurs membres. Il découvrit l'alcool et les clopes et son pouvoir déjà grand en fût conforté. Dès lors il était au-dessus du lot, race supérieure à lui seul et maître potentiel du monde. Dommage que les autres n'en aient pas été aussi convaincus. Mais qu'importe ! Le monde est plein de médiocres qui n'ont que ce qu'ils méritent. Laissons les croupir dans leur indigence.

             Je ne sais s’il persévéra très loin dans la voie de la juste révolte. Le vice et la corruption à sa portée lui parurent suffisants et il s'y vautra avec délices. Alla-t-il jusqu'à braquer un bureau de tabac ? Arracha-t-il le sac à main d'une vieille dame indigne qui l'aurait traité de voyou ? J'avoue ignorer les détails précis de tout ce qu'il tentât alors.

            Enfin sa vie se poursuivit selon ses habitudes. Il accumulait les méfaits et les inconvenances, les impolitesses et les grossièretés. Jusqu'au jour où il tomba en arrêt à la Maison de la Presse de son quartier devant une publication à scandale. Là, sous ses yeux on décrivait les turpitudes du plus odieux des serials killers.

 

                                                                                              A suivre…

 

"Accident ferroviaire" (détail)

"Accident ferroviaire" (détail)

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires