Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 09:26
"Au pays des songes" - huile sur toile - 46 x 38 cm - 1987

"Au pays des songes" - huile sur toile - 46 x 38 cm - 1987

Le long de l’eau

(Suite)

 

 

              Longeons maintenant le palais de Tokyo et son musée d’Art Moderne pour arriver au pont de l’Alma encore hanté par le fantôme de Lady Di et son destin tragique. Honte aux méchants paparazzis ! Et gloire à la princesse fauchée dans la fleur de l’âge. Pour la vérité historique prière de vous reporter à vos magazines people habituels qui ont encore des hésitations sur la version définitives.

             Mais le flot de véhicules m’emporte. A gauche le Grand Palais et sa verrière prodigieuse. Sous cette voute translucide se succèdent à tour de rôle les salons traditionnels voués à l’expression artistique et les manifestations les plus tristement actuelles telle la FIAC, évidemment plus rentable pour les obsédés du profit à court terme  dénués de toute autre préoccupation. Le tout est de savoir si l’on veut s’entourer d’œuvres de qualité estimable qu’on aura plaisir à côtoyer ou si l’on veut spéculer sauvagement pour dominer le marché international. Se livrer aux aléas du virtuel en contemplant des concepts ou développer une sensibilité humaine un peu plus fine. Enfin chercher la qualité ou investir dans le profit sans état d’âme. A chacun de voir selon ses besoins et dans le second cas selon ses possibilités financières réelles, virtuelles ou supposées…

              Passé la place de la Concorde on longe les Tuileries. En face le musée d’Orsay abrite les œuvres du 19° siècle. Celles qui ont été si longtemps négligées au nom du progrès et des avant-gardes.

              Un souterrain permet ensuite d’éviter des points noirs particulièrement délicats dans ce parcours chargé d’histoire. Et nous voici à nouveau à l’air libre, au bord de l’eau. Arrivés au Pont-Neuf j’aperçois à droite le Vert-Galant puis la Conciergerie masquant la Sainte- Chapelle. On glisse doucement au fil des siècles dans le bruissement léger d’une vitesse réduite. L’île Saint-Louis nous accompagne, voguant sur les flots gris. Enfin nous passons sous une suite de ponts avant de revenir à une circulation particulièrement inextricable aux alentours de la gare de Lyon. C’est qu’on approche du but. La traversée de Paris va s’achever. D’ailleurs il ne nous reste plus qu’à choisir entre le périphérique pour boucler la boucle ou à poursuivre tout droit. Si l’on veut s’élancer vers les grandes échappées vers l’est. Au loin, passé Reims il y aura la ligne bleue des Vosges…puis l’Allemagne, la Forêt Noire et tout au fond Moscou et son hiver neigeux.

              Mais les voies sur berge transformées en plage durant la saison estivale sont,  par des esprits ronchons,  remises en question de façon définitive. Ils voudraient les rendre à leur état initial, celui d’avant le règne du quatre roues auto-mobile. Qui va gagner ? Le technocrate utilitaire ou le paisible promeneur ? Allons, on verra bien ! Pourquoi s’en faire ? Le monde suit son cours et bientôt ce seront les fêtes de Noël et de fin d’année. La pause s’impose et elle approche à grands pas!

                                                      

                                                       Le Chesnay le 1 décembre 2014

                                                      Copyright Christian Lepère 

 

Information

 

La revue "Univers des Arts"

vient de consacrer deux pages de son N° 177

de décembre 2014

à l'exposition SAFADORE 

où sera présentée la Charte Faber 21

(voir les articles précédents : 204 - "Autour de la Charte FABER 21"

et 206 "L'enfant prodigue de la gloire")

216 - "Le long de l'eau" (suite)
216 - "Le long de l'eau" (suite)

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires