Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 07:55
"Prie-Dieu" - Terre cuite - hauteur 42 cm - 2008

"Prie-Dieu" - Terre cuite - hauteur 42 cm - 2008

 

            En tant que co-auteur de la CHARTE FABER 21, je ne peux qu'approuver tous ceux et celles qui  critiquent intelligemment « l'Art Contemporain Officiel ».

            Parmi eux Nicole Esterolle me semble particulièrement efficace avec son site du « Schtroumpf Emergent »

 

                                 www.schtroumpf-emergent.com

 

            Cependant j'ai eu la surprise de la voir réagir à la critique de Luc Ferry contestant la création du musée SOULAGES. Elle, au contraire affirme  qu'il est  un artiste authentique auquel on accorde certes un peu trop d'attention mais qui n'est pas à mettre dans le même panier  qu'un Buren ou un Jeff Koons. Je lui ai donc fait part de mes réflexions sur le sujet. Depuis j'ai décidé de  publier ma lettre. Comme elle manquait un peu de nuances, je l'ai modifiée légèrement pour la rendre plus acceptable.

           

 

 

             Chère Nicole Esterolle,

 

             Merci pour votre chronique qui permet de se tenir au courant des dérives actuelles. Un point m'a cependant chiffonné : Soulages et ses Outrenoirs.

             J'avoue ne pas  connaître son œuvre exhaustivement et je n'ai pas visité son musée. Je vais cependant vous dire ce qu'il me semble.

             Il est possible que Soulages soit sincère et qu'il ait consacré sa vie à une sorte d'ascèse. Cependant une recherche d'intériorité n'est pas forcément l'élaboration d'une œuvre plastique bien qu'elles puissent coexister.

             J'ai le plus profond respect pour la méditation zen ou des pratiques soufies et autres. Mais ce sont des démarches strictement personnelles qui impliquent une totale humilité.

             Par ailleurs l'ancien prof d'arts plastiques que je suis a beaucoup de mal à déceler de la transcendance dans des « œuvres » que mes amis peintres et moi-même pourraient réaliser facilement en multipliant les nuances et les subtilités indéfiniment.

             Photographiez un mur noir ou gris  ou un mur quelconque délabré. Faites-en un très beau tirage (techniquement) accrochez le dans un endroit de prestige, muséal ou autre. Eclairez- le soigneusement et racontez ensuite que c'est le fruit de longues années d'intériorisation et de recherche de l'Essentiel… On vous accordera au moins le bénéfice du doute. Et si beaucoup de gens viennent il se produira une sorte d'imprégnation psychique très efficace (nous sommes influençables…). Le tour sera joué.

             Mais c'est subtil. Si la transcendance est bien réelle, elle est présente partout (Même la crotte de chien sur le trottoir n'est pas épargnée…). Et si vous lâchez-prise profondément vous pourrez y accéder en tout lieu et en toute circonstance voire même dans des cas très particuliers, comme la petite madeleine de Proust, référence culturelle si il en est.

             Malgré cela les sages authentiques, hommes et femmes, admettent que certains lieux, certaines œuvres ont une qualité particulière qui dans le relatif les rend sacrées (cathédrales, mandalas etc.)

             Mais c'est très facile de se raconter des histoires. Par exemple de prendre un Soulages pour une porte ouverte sur l'ailleurs.

             Pour terminer j'avoue avoir aussi des doutes sur Olivier Debré ou d’autres qui, quelles que soient leurs intentions et leur sincérité ne se donnent pas les moyens de réaliser des œuvres défendables d’un point de vue objectif et pratiquent la créativité sauvage sans un minimum de lucidité.

             Avec toute mon estime pour votre position contestataire.

 

 

                    Texte revu et amélioré le 11 octobre 2014 au Chesnay

 

 

 

"Prie-Dieu" - Terre cuite

"Prie-Dieu" - Terre cuite

Que nous réserve l’avenir ?

Lui seul le sait !

Alors patientons… on verra bien ce qu’il va s’ingénier

à nous proposer !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires