Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 07:28
"Ruines extravagantes" - huile sur toile - 46 x 38 cm - 2005

"Ruines extravagantes" - huile sur toile - 46 x 38 cm - 2005

Bien sûr,

ce qui est promis est promis.

Mais

je n’ai pas pu résister à une actualité brûlante.

 

« Le mythe de Babel »

Pourra attendre, il en a l’habitude…

Aujourd’hui

vous aurez donc droit à :

 

 

Zapper pour être cool

 

       Le temps est maussade. Il pleut sur la Bourgogne. Pas très bien dans ma tête, un peu à la dérive, je viens de visionner ma dose de turpitudes à la télé. C'est qu'il faut quand même se tenir au courant pour éviter d'être largué  en cette époque où la mondialisation nous cerne de toute part. Et puis sait-on jamais, il y avait des français à bord du dernier crash aérien. Peut-être que des connaissances de connaissances font partie des victimes ? C'est même probable si l'on étend ses investigations. Il est possible que le troisième mari de la caissière la plus âgée du Super U ait eu pour beau-frère, avant de partir à la retraite, un collègue du steward qui prenait soin des passagers. En vain d'ailleurs…

            J'avoue avoir zappé pour me retrouver sur BFM TV Là toute l'étendue du drame de la bande de Gaza déployait ses fastes. Du grand spectacle en vérité. Des images spectaculaires de bâtiments éventrés, de ruines fumantes et de débris calcinés sous lesquels gisent des autochtones  de tous âges qu'on tente de dégager à la pelleteuse pour leur rendre un dernier hommage . Le tout sur fond de lourdes fumées noires assombrissant le ciel urbain et témoignant de la prodigieuse précision des tirs de Tsahal.

            Quand on pense que tout cela est admis et approuvé par la majorité pour la bonne raison qu'il faut détruire les souterrains par lesquelles circulent les armes prohibées on ne peut qu'admirer l'efficacité d'interventions militaires finement ciblées. Des deux côtés d'ailleurs. C'est à qui sera le plus malfaisant pour faire respecter son bon droit. Provocations infantiles. Ripostes musclées qui ne le sont pas moins. Et pendant ce temps des diplomates bien vêtus, propres sur leur personne condamnent en termes  décisifs ce qui ne saurait durer car c'est inadmissible.

            Mais trop c’est trop ! Et voyant la pluie tomber sur la campagne je zappe une dernière fois. Sur Arte. Et là, ô surprise ! De belles images en noir et blanc m’accueillent. Soigneusement cadrées, éclairées avec science et fort bien composées, elles baignent dans une atmosphère retro très cinémathèque. La tradition au meilleur de sa forme. Mais leur charme ne saurait suffire, il faut aussi de l’humain, des drames et des rebondissements, de la chaleur et de la fantaisie, du rire et des grincements de dents. Et Bourvil apparaît, égal à lui-même, naïf et roué, simplet et calculateur, rusé et désarmant de mauvaise foi il est le fils gâté d’une famille aristocratique réduite à la misère. Il n’a jamais dérogé, donc jamais travaillé. Il ne sait rien faire et les siens sont aux abois. Ils ont faim mais restent dignes…

            Le film s’intitule « Un drôle de paroissien ». Pris de ferveur religieuse Georges le héros fréquente les églises où il prie divers saints en leur offrant des cierges. Et le miracle arrive. Ça marche ! Fou de joie, investi d’une mission divine il va pouvoir prélever sa juste part dans les troncs des bonnes œuvres. Avec la meilleure conscience puisque c’est de l’argent que de braves gens ont donné spontanément par charité chrétienne pour soulager les miséreux. Or il est dans la misère même si pour faire bonne figure il continue de se vêtir élégamment. Et les siens sont démunis. Je vous épargnerai tous les rebondissements de l’histoire mais les rôles sont tenus par des acteurs connus, fort bien distribués tel Francis Blanche en policier zélé plein d’idées ingénieuses mais un peu trop rêveur. 

J’avoue que ce spectacle m’a revigoré. Même si les motivations des personnages de l’histoire filmés comme des marionnettes sont bien soumises aux mêmes ressorts psychologiques de base que pour tout un chacun. Je veux dire par exemple les dirigeants d’Israël et les chefs du Hamas sans oublier les exaltés du Djihad. Vous savez, tous ces braves gens qui s’opposent tant parce qu’ils se ressemblent tellement.

 

                                                              La Brosse Conge le 29 juillet 2014

                                                              Copyright Christian Lepère 

 

 

"Le messager" - eau-forte imprimée sur Arches format demi-Jésus - 1976

"Le messager" - eau-forte imprimée sur Arches format demi-Jésus - 1976

 

La prochaine fois

ce sera le numéro

 

200

 

Vous trouverez une liste complète de tout ce qui est paru sur ce blog depuis le début.

Les articles seront classés par thèmes et il suffira de taper le numéro dans « recherche » pour y accéder (Si la machine remplit bien sa mission et si rien ne vient perturber votre propre ordinateur…)

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires