Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 07:58
"Orgues basaltiques" - huile sur toile - 100 x 81 cm - 2010

"Orgues basaltiques" - huile sur toile - 100 x 81 cm - 2010

Plus loin que les volcans éteints

 

         Depuis la grisaille parisienne  l'autoroute Aquitaine m’accueille en ce 2 juillet maussade. Un peu droite, un peu monotone elle traverse la France profonde. Sur la droite des alignements d'éoliennes dont la silhouette se dresse sur la plaine semblant défier quelque Don Quichotte local. Certaines d'entre elles marquent une petite pause. Sans doute sont-elles moins sollicitées par des flux aériens plus ou moins capricieux. Mais comme c'est très discret on a l'impression d'un réel détachement alors que d'autres s'activent avec plus d'énergie. Ne serait-ce pas comme dans une cour d'école où quelques gamins tonifiés par un petit déjeuner revigorant plein de vitamines et de nutriments énergétiques s'imposent à d'autres plus dolents parce que nourris de façon plus négligente ?

               Je me souviens de publicités à la radio où on suggérait aux bons travailleurs de rouler au super en arrosant leur repas de vins un peu plus corsés. On sait que ça remonte le moral, si ce n'est les bretelles et que dans la joie et la bonne humeur l'ouvrier mais aussi l'employé de bureau s'épanouissent tout naturellement, sont plus aimables avec leurs proches et plus à même d'accomplir leur tâche avec entrain. C’était au bon vieux temps où la promotion publicitaire nous rappelait ces vérités élémentaires.

               Paisibles les éoliennes tournent au ralenti sous une petite bruine persistante.  Si ce n'était la platitude s'étendant jusqu'à plus loin, on se croirait en Bretagne. Mais ici pas de dolmens ou de calvaires dressant leurs croix de granit. D’improbables tiges d'acier d'une hauteur déraisonnable surplombent la plaine face aux vents d'ouest venus de l'océan lointain.

               L'autoroute défile imperturbable. Le trafic est modéré et les camions solitaires. Ils viennent de loin, d'Europe centrale ou des confins des régions nordiques. Les seules informations utiles sont celles des panneaux autoroutiers. Où allons-nous trouver du sans plomb 95 ? Et nous remonter le moral avec un petit capuccino bien chaud ? La pause s'impose ! Un ange gardien de la sécurité nous le rappelle gentiment.

               Je flotte un peu indécis. De vagues pensées me tiennent compagnie. La vie se fait plus calme. D'ailleurs il n'y a nulle urgence et j'atteindrai bien mon but si le destin suit son cours comme il se doit.

               Insensiblement le paysage change. Au loin des reliefs apparaissent. Un peu gris, un peu indécis ils annoncent la présence des monts d'Auvergne. Et petit à petit ils se rapprochent, se précisent. On croit même pouvoir les identifier.

               Maintenant l'impression est douce et puissante, c'est celle de planer au-dessus du monde. La voiture glisse sur l'autoroute  comme sur un toboggan. De faux plats en glissades évasives toutes de mollesse, les courbes se succèdent en moutonnant vers l'ouest. Le ciel est bleu, la voie est libre et seul quelque poids lourd un peu poussif pourrait troubler cette harmonie paisible. Mais la chose est prévue et l’on nous enjoint de faire attention aux véhicules lents qui pourraient faire obstacle. Car leur masse est opaque  et leurs contours massifs. Mais il y en a si peu et les voies sont si dégagées…

              Au loin la chaîne des Puys s’étire paresseusement. Ses courbes alternées se succèdent, ponctuées de quelques bosses plus arrondies. Plus loin, à l’arrière-plan le Puy de Dôme domine le troupeau. Sûr de son fait mais sans ostentation. Il domine parce qu’il est le plus haut et le plus ancien dans le grade le plus élevé. Donc le moins discuté. Peut-être se réveillera-t-il un jour pour affirmer sa puissance mais pour l’instant il repose paisiblement sous le soleil. Alors je me laisse aller car il reste encore de petites routes pittoresques et verdoyantes pour atteindre le Mont-Dore où des amis m’attendent pour compléter l’équipe qui va exposer ses œuvres peintes durant l’été dans ce haut lieu touristique accueillant pour les pratiquants de l’imaginaire.

 

                                                        Quelque part le 3 juillet 2014

                                                        Copyright Christian Lepère

 

 

 

"Randonnée surprise" - huile sur toile - 61 x 50 cm - 1987

"Randonnée surprise" - huile sur toile - 61 x 50 cm - 1987

La prochaine fois

 

Retour aux sophistications de la technique

et à

l’obsolescence programmée avec

 

« Le fidèle serviteur »

 

Portez- vous bien en attendant.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires