Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 08:01
"Tranche de vie un peu saumâtre" - eau-forte imprimée sur Arches format Demi-Jésus - 1975

"Tranche de vie un peu saumâtre" - eau-forte imprimée sur Arches format Demi-Jésus - 1975

 

Les convulsions du réel

 

       A chaque instant la science nous le confirme. Le monde est infiniment plus vaste, infiniment plus complexe, infiniment plus enchevêtré et interdépendant que tout ce que nos modestes cervelles ont pu concevoir pour se rassurer.

      Il est infiniment multiple et contradictoire et cependant équilibré. Il ressemble assez à un koan zen. L'être humain que nous sommes est tout aussi vaste et complexe et multiple et contradictoire. Il n'est que d'observer autour de soi avec un esprit un peu attentif. Mais comment s'en étonner puisque nous sommes un des éléments du monde, une de ses productions les plus délirantes et sans doute un condensé de toutes ses possibilités.

        Socrate nous a transmis cette vérité traditionnelle : « Connais toi toi-même et tu connaîtras les secrets de l'univers et des dieux. ». Affirmation gratuite et délirante ? Démagogie pour petits malins qui cultivent l'opium du peuple ? Manipulation pour esprits débiles et demeurés en tout genre ? Le besoin de croire est tellement viscéral ! L'ennui est que cette affirmation a été proclamée à toutes les époques et dans toutes les traditions. Du moins celles qui ne se sont pas égarées dans les allées du pouvoir. Car depuis toujours toutes les croyances ont été récupérées par les autorités ravies de détenir un outil d'asservissement merveilleux, à la fois carotte et bâton. En gros promesse d'un paradis et terreur d'un enfer éternel. Et vous savez que l'éternité c'est très long...

         Alors ? Alors j'ouvre la télé et voilà que sous mes yeux effarés le cirque politico-démago-désinformant déploie son prodigieux spectacle tout tissé de stratégies de communication, de magouilles et de trahisons pour la bonne cause.

       Avez vous remarqué que la petite Marine (D'un bleu plus marine tu meurs...) voit enfin pointer l'aube de sa légitime ambition, devenir l'autorité suprême en dépassant Nicolas dit Sarko en sommet de côte sans visibilité. En doublant par la droite au mépris du code de la route. Mais les présidentielles encore aussi lointaines que la ligne bleue des Vosges commencent à lui faire croire en son destin sous l'œil unique mais attendri de son papa.

         Pendant ce temps c'est la déroute. Le bonheur des uns accable les autres et pendant que la marée monte sur les côtes bretonnes, elle déserte les rives américaines. Mais rassurez vous ça va s'arranger par la suite. C'est que le monde est infiniment vaste mais irrémédiablement équilibré. Autant en politique qu'au niveau des particules élémentaires ou à celui plus viscéral de l'homéostasie. Ce processus qui règle nos humeurs et nous permet de subsister cahin-caha jusqu'à l'issue finale qui n'est peut-être qu'un nouveau départ.

         Bien installé je zappe un peu et voilà Jean François C., l'adversaire juré de l'autre François F qui commence à la trouver saumâtre. Les résultats des élections européennes sont affligeants et voilà que des irresponsables vont fouiller dans les alentours de ses activités officielles. Mais tout cela vient de « Bygmalion ». Comment faire confiance à un nom pareil? Soyons sérieux!

         Pendant ce temps que fait Poutine ? Il est en Chine comme Marco Polo. Pour nouer des relations amicales et vendre son gaz. Mais la Crimée s'est détachée de l'Ukraine et les nouveaux maîtres de cette dernière n'ont pas l'air de vouloir rigoler. De méchantes langues les disent un peu nazis, mais ce sont de méchantes langues. Allons-nous voir enfin le Bien triompher du Mal ?

     Pas si simple... D'ailleurs on parle beaucoup du débarquement de Normandie et avec le recul on commence à envisager derrière l'enthousiasme officiel des commémorations, les zones d'ombre, le cafouillage et l'ambiguïté des participants pas toujours si volontaires que ça. Les noirs qu'on cantonne à l'arrière, les blancs dignes de se faire tuer en héros. Ceux qu'on a poussés, ceux qu'on a freinés. Au fait étaient-ils si différents des jeunes allemands qui se retrouvaient là parce qu'on leur en avait donné l'ordre de façon un peu contraignante ? Je crois bien que pendant la grande guerre, la « Der des der » des catholiques allemands et français se sont retrouvés face à face pour s'étriper à la baïonnette, ce qui n'est pas très propre. Mais chacun priait le ciel pour faire gagner sa juste cause. Car on se doit de châtier l'autre, ce personnage odieux qui estime avoir raison contre toute vraisemblance.

           Je vais m'arrêter là en attendant la suite qui ne saurait nous décevoir. Ah ce n'est pas demain qu'on va s'ennuyer en se battant les flancs devant une télé vide de péripéties et de drames humains tellement poignants ! Tellement stimulants pour ceux à qui l'ivresse de Roland Garros ne saurait suffire. A ceux dont l'âme bien née refuse de se contenter d'un quotidien au jour le jour ! D'une vie à la petite semaine ! D'un labeur obscur en attendant la retraite qui n'est plus ce qu'elle fut au bon vieux temps de la croissance. Mais serrons les poings et les boulons ! Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts !

 

                                                   Le Chesnay le 30 mai 2014

                                                   Copyright Christian Lepère

 

 

 

"Salle d'attente" - huile sur toile - 73 x 60 cm - 2010

"Salle d'attente" - huile sur toile - 73 x 60 cm - 2010

Ceci étant dit et proclamé,

je profiterai de la prochaine occasion

pour en ajouter une couche.

Vous aurez donc droit

à

« Télé déception »

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires