Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 07:32
"Les colporteurs" - acrylique sur panneau - 40 x 61 cm - 1985

"Les colporteurs" - acrylique sur panneau - 40 x 61 cm - 1985

 Attention travaux !

 

            Partir à la campagne. Aller se ressourcer et jouir du calme provincial. Tout cela est bel et bon mais il arrive que ce soit pour des raisons plus utilitaires. Parfois même impératives. Ainsi il m’a fallu retourner en Bourgogne pour superviser quelques travaux indispensables dans la maison familiale.

            Après avoir fait rebâtir les restes d’une vieille grange écroulée mes parents, alors tout jeunes, avaient vu  leur rêve se réaliser : devenir propriétaires terriens. C’était un refuge pour leurs vacances avant de finir un jour par y passer le reste de leur vie en jouissant d’une retraite bien méritée.

            Tout petit, pendant la guerre, on m’y a donc emmené et c’est au fil de toute une vie que j’y ai connu l’alternance des saisons et la succession des âges de l’existence. C’est là aussi que sont mes racines.

            Donc le temps a passé et un beau jour il est apparu que cette maison rustique et dénuée de confort devenait trop petite pour l’extension de la famille. Mon frère avait une fille et moi-même femme et enfant. Il fallait donc aviser. Ce que je fis en élaborant des plans. Et c’est ainsi que le bâtiment doubla presque de volume. Mais les ressources financières de mes parents étaient modestes et l’on dut voir au plus juste pour réaliser ce beau projet. Donc les murs furent en parpaing, réduits à une simple épaisseur et sans aucune isolation thermique. Il est vrai qu’à l’époque on ne s’en souciait pas trop. La prise de conscience de ce genre d’aléas en était encore à ses tout débuts. Pour le confort le petit poêle à mazout était censé faire des miracles, à moins que nos exigences n’aient été plus modestes que de nos jours.

            L’idée m’est donc venue récemment de faire le nécessaire pour adapter l’endroit aux vues des contemporains qu’il m’arrive d’accueillir. Les artisans locaux que je connais, vivant à la campagne, y ont conservé un calme et une pondération qu’on rencontre plus rarement dans l’agitation des grandes villes. Et puis tout le monde se connaît ce qui garantit des rapports moins superficiels.

            Me voila donc lancé…Oui, mais je suis seul et il faut tout prévoir. Que les murs soient dégagés et l’espace presque vide est une évidence accablante. Mais il y a sur les murs les consoles de la pompe à chaleur que seul le spécialiste peut déposer en vidant le précieux fluide qui circule dedans. Et puis il y a l’ancien chauffage central et ses radiateurs qui, pour le moment ont subsisté malgré leur inutilité encombrante.

            Enfin il reste les fils et les prises électriques, sans oublier les commandes des volets roulants…L’électricien est indispensable. Il va donc falloir organiser des rencontres entre les divers spécialistes pour qu’ils s’entendent sur les procédures et sur le planning.

            Pour ajouter du pittoresque je dois ajouter que mon épouse adorait les bibelots et les petits objets décoratifs, orientaux ou pas. C’est ainsi que petit à ,petit nous avons amassé un tas de babioles surchargeant les étagères, ornant des tables basses, suspendus le long des murs ou occupant le sol dans les coins et envahissant les tapis qui rendent plus accueillante la fraîcheur des tomettes.

                                                                                             A suivre…

 

Portez vous bien en attendant !

 

 

 

 

"Retrouvailles" - dessin aquarellé vernis - 50 x 65 cm - 1984

"Retrouvailles" - dessin aquarellé vernis - 50 x 65 cm - 1984

Partager cet article

Repost 0
Published by L'imaginaire
commenter cet article

commentaires